menu 2

Mes dernières chroniques

mardi 22 juillet 2014

La Tentation Interdite - Vivi Anna

 



Les yeux plissés, un sourire ironique aux lèvres, Cale Braxton détaille Olena avec impudence, l'air visiblement satisfait de son examen. Troublée malgré elle, Olena tente de résister au désir insensé qui la pousse vers l'inspecteur au regard de braise avec lequel elle va devoir travailler des jours durant...

 






Le résumé:
Les yeux plissés, un sourire ironique aux lèvres, Cale Braxton détaille Olena avec impudence, l'air visiblement satisfait de son examen. Troublée malgré elle, Olena tente de résister au désir insensé qui la pousse vers l'inspecteur au regard de braise avec lequel elle va devoir travailler des jours durant...
Jamais elle n'a ressenti une telle attirance pour un humain, elle, l'immortelle, membre du peuple des vampires, qui a tant aimé au cours de sa longue existence. Pourtant, elle doit mettre fin au plus vite à cet amour naissant. Et qu'importe la souffrance imposée par son sacrifice : Cale et elle appartiennent à deux mondes différents et leur amour est impossible.

 
L'extrait :
_ Ce type est vraiment insuportable ! s'exclame se dernier lorsqu'il se retrouvèrent dans le couloire.
Je t'assure qu'il n'est pas toujours comme ça répondit-elle en haussant les épaules. Je croit qu'il cherche à me protéger.
_ Du grand méchant humain ? railla Cale. Au cas où il ne l'aurait pas remarqué, c'est moi qui aurais besoin de protection. Je suis cerné de vampires, de loup garou et de sorcier !
_ Je Je ne pense pas qu'il s'inquiète pour mon intégrité physique, objecta-t-elle. Mais tout comme Gabriel, il doivent avoir peur que je fasse une bêtise.
_ Quel genre de bétise ?
_ Tomber amoureuse de toi par exemple, répondit-elleen le regardant droit dans les yeux. Il doivent penser que nos sommes fais l'un pour l'autre et que je finirai par en souffrir.
_ Et toi, qu'est ce que tu en pense ?
_Qu'il est trop tard pour se poser ce genre de questions, répondit-elle en lui décrochant un sourir qui le fit fondre. De toute façon je suis déjà amoureuse.
Cale sentit monter en lui une joie si puissante quelle balaya d'un seule coup ces dernier doutes.
_ Moi aussi, lui avoua-t-il d'une voix que l'émotion rendait trés rauque. Je ne sait pas où tout cela peut nous mener, mais je croit que je suis tombé amoureux de toi au moment où je t'ai rencontrée.
_ Dis moi, murmura Olena en lui prenant doucement la main. Si j'ai bien compris, nous avons trois heures devant nous... As-tu une idée de ce que nous pourrions faire pour nous occuper ?
Le coeur de Cale se mit à battre la chamade.
_ Peut-être, répondit-il. Veux-tu que nous allions chez toi ?
_ Non ton hotel est plus prés d'ici.
Ils virent alors Gabriel qui venait à leur rencontre un épais dossier sous le bras. Mais avant même qu'il ait eu le temps de prononcer un mot, Olena l'interrompit d'un geste.
_ Nous nous somme fait tirer dessus, nous avons parcouru la ville à pied en tout sens et nous avons fini par sauter par une fenêtre du deuxième étage, lui dit-elle. Alors nous prenons une pause de trois heures. Ce n'est pas négotiable.
Sur ce, elle se remis en marche, entraînant cale en direction du garage.


L'extrait :
Cale n'eut d'autre choix que de la suivre et tous deux sautèrent par la fenêtre. Dès qu'ils furent à l'extérieur, elle entoura Cale de ses bras. Ce dernier poussa un hurlement en voyant le sol se rapprocher à toute vitesse. Mais Olena avait profité de leur élan pour se retourner.
Elle percuta le sol de plein fouet, amortissant la chute de son compagnon.

- Mais tu es complètement malade ! s'écria Cale.
- Nous étions un peu à court d'options, répondit-elle en tentant de se redresser.

Ce geste lui arracha un cri de douleur.
La blessure qu'elle avait essuyé le matin même avait dû se rouvrir car son chemisier était de nouveau imbibé de sang.

- Bon sang, Olena, tu ne trouves pas que tu pousses le bouchon un peu loin, même pour une immortelle ?
- Ne t'en fais pas. Je sais que je dois faire peine à voir, mais dans quelques heures il n'y paraîtra plus.
- Franchement, je ne sais pas combien de fois encore je vais pouvoir supporter de te voir te mettre dans des états pareils !
- Je sais que ce ne doit pas être facile pour toi, Cale. Mais tu dois te rappeler que je ne suis pas humaine : je suis plus solide que tu ne peux l'imaginer et je suis dotée de prodigieux pouvoirs de récupération.

Elle essaya de nouveau de se relever et y parvient au prix d'une atroce souffrance.

- J'ai l'impression d'être passée sous un bus.
- J'espère que ce n'est qu'une façon de parler.
- À vrai dire, je suis passée sous une voiture, une fois...
- Je préfère ne pas le savoir, l'interrompit Cale, horrifié.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires