menu 2

Mes dernières chroniques

Princesse Sara, Tome 6 : Bas les masques ! de Audrey Alwett, Nora Moretti et Marina Duclos


    Éditeur : Soleil
Collection : Soleil Blackberry
Sortie : 13 novembre 2013
Nombre des pages : 48 pages
Prix : 10,95 euros


  Alors que Pondichery est convaincu que la célèbre héritière Sara Crewe est défigurée, cette dernière travaille aux usines Delatour sous l'identité d'Émilie Saint-John. Elle imagine des automates merveilleux, dans l'espoir d'établir une relation privilégiée avec le vieil Ernest Delatour. Il faut à tout prix que ce dernier lui revende ses usines, qui autrefois portaient le nom de Crewe ! Mais Ernest ne se laisse pas attendrir facilement, contrairement à son petit-fils Léopold, qui est totalement tombé sous le charme...
Pendant que les relations se nouent dans un jeu de chassé-croisé, un tigre rôde autour de la ville. Et si la simple présence de l'animal renversait les règles du jeu ?



Née à Venise, Italie, en 1980, Nora étudie au Lycée Artistique de Venise, puis à l’École Internazionale di Comics. À la fin de sa formation, elle travaille comme illustratrice et dessinatrice sur divers projets (couvertures et dessins pour des magazines et livres, BD, animé, websites, jeux interactifs). Elle publie son premier projet de bande dessinée MONDOMBRA chez Renoir Comics en 2007. La même année, son projet AELIS remporte le «Lucca Comics Project Contest»et se retrouve publié par Panini Comics en 2008. Aujourd’hui, en parallèle de ses albums, Nora enseigne à l’école de BD Venezia Comix. Elle rencontre Audrey Alwett au Festival d’Angoulême en janvier 2008. Malgré la barrière de la langue, la complicité est immédiate et elles signent avec Soleil dans la collection Blackberry PRINCESSE SARA, un album adapté du livre THE LITTLE PRINCESS de F. Hogsdon Burnett.


 
    - Lecture finie -

Mais comment tout cela va-t-il se finir ?
Dans cette nouvelle ère, princesses Sara joue un double jeu dangereux. Elle est de retour dans l'Inde de son enfance.
Sara Crew est une jeune femme qui a retrouvé la fortune de son père. La misère est derrière elle. La bonne société attend impatiemment de rencontrer la riche héritière mais Sara préfère ne pas se montrer. Elle va même jusqu'à inventer une nouvelle identité : Emily. Cette dernière invente des automates et c'est sous qualification et cette nouvelle identité qu'elle se fait engager dans l'usine de l'ancien associé de son père.
Les proches de Sara sont dans le secret même s'ils n'approuvent pas forcément d'autant que le mensonge prend de l'ampleur notamment avec la relation ambiguë qu'elle crée avec Léopold, le fils de l'ancien associé de son père. Le jeune homme est un dandy qui évolue dans dans un cercle mondain et snob.
Il n'est pas forcément mis à son avantage et on voit en lui un personnage futile, cependant Sara ne s'en sort guère mieux en se jouant de lui

Je suis donc très surprise de l'évolution de ce personnage qui devient une jeune femme que j'ai du mal à cerner. On est loin de la femme parfaite avec les qualités qui l'accompagnent.
J'attends avec impatience de lire la suite de ses aventure tout en craignant leur dénouement. Les personnages secondaires, l'histoire et les décors : il s'agit d'un sans faute pour ce sixième tome.