menu 2

Mes dernières chroniques

lundi 19 juin 2017

Pourvu que la nuit s'achève de Nadia Hashimi




« Quand vous aurez achevé la lecture de ce livre, 
n'oubliez pas. 
Faites quelque chose. »
Washington Independent








Lorsque Zeba est retrouvée devant chez elle, le cadavre de son mari gisant à ses pieds, il paraît évident aux yeux de tous qu'elle l'a tué. Depuis son retour de la guerre, Kamal était devenu un autre homme, alcoolique et violent. Mais cette épouse et mère de famille dévouée est-elle vraiment capable d'un tel crime ? Présumée coupable, Zeba est incarcérée dans la prison pour femmes de Chil Mahtab, laissant derrière elle ses quatre enfants.
C'est à Yusuf, fraîchement revenu des États-Unis pour régler une dette symbolique envers son pays d'origine, que revient la défense de ce cas désespéré. Mais alors que son avocat l'exhorte à parler, Zeba garde obstinément le silence. Quel terrible secret cache-t-elle ? Qui cherche-t-elle à protéger en acceptant de jouer le rôle du suspect idéal ? Il faudra beaucoup de courage à Yusuf pour braver un système judiciaire corrompu et faire innocenter celle que tout le monde voit déjà pendue haut et court.




J'ai perdu mes enfants le jour où ils m'ont emprisonnée… Ce sont des orphelins. Dois-je faire de mes enfants des cibles sous prétexte qu'ils me manquent horriblement ? Ils méritent mieux de la part de leur mère. La seule chose que je puisse faire, c'est les laisser partir. Mon fils est fort et sage. Dieu lui montrera le chemin.



J'avais imaginé un million de morts pour mon mari : il aurait pu mourir frappé par la foudre en se rendant quelque part où il n'aurait pas dû aller. Ça aurait été tellement plus simple pour tout le monde : un éclair tombé du ciel. Une fin douloureuse mais brève. Non, je n'avais jamais imaginé la mort de mon mari telle qu'elle s'est produite, mais que doit faire une épouse ? Les orages ne sont jamais là quand on a besoin d'eux.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires