menu 2

Mes dernières chroniques

jeudi 8 juin 2017

Liberté de Paul Eluard

Éditeur : Seghers
Sortie : 3 novembre 2016
14 pages

 

J’écris ton nom
Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom


 

 

 

 

 

Liberté

Paul Eluard
Sur mes cahiers d’écolier
Sur mon pupitre et les arbres
Sur le sable sur la neige
J’écris ton nom
Sur toutes les pages lues
Sur toutes les pages blanches
Pierre sang papier ou cendre
J’écris ton nom
Sur les images dorées
Sur les armes des guerriers
Sur la couronne des rois
J’écris ton nom
Sur la jungle et le désert
Sur les nids sur les genêts
Sur l’écho de mon enfance
J’écris ton nom
Sur les merveilles des nuits
Sur le pain blanc des journées
Sur les saisons fiancées
J’écris ton nom
Sur tous mes chiffons d’azur
Sur l’étang soleil moisi
Sur le lac lune vivante
J’écris ton nom
Sur les champs sur l’horizon
Sur les ailes des oiseaux
Et sur le moulin des ombres
J’écris ton nom
Sur chaque bouffée d’aurore
Sur la mer sur les bateaux
Sur la montagne démente
J’écris ton nom
Sur la mousse des nuages
Sur les sueurs de l’orage
Sur la pluie épaisse et fade
J’écris ton nom
Sur les formes scintillantes
Sur les cloches des couleurs
Sur la vérité physique
J’écris ton nom
Sur les sentiers éveillés
Sur les routes déployées
Sur les places qui débordent
J’écris ton nom
Sur la lampe qui s’allume
Sur la lampe qui s’éteint
Sur mes maisons réunies
J’écris ton nom
Sur le fruit coupé en deux
Du miroir et de ma chambre
Sur mon lit coquille vide
J’écris ton nom
Sur mon chien gourmand et tendre
Sur ses oreilles dressées
Sur sa patte maladroite
J’écris ton nom
Sur le tremplin de ma porte
Sur les objets familiers
Sur le flot du feu béni
J’écris ton nom
Sur toute chair accordée
Sur le front de mes amis
Sur chaque main qui se tend
J’écris ton nom
Sur la vitre des surprises
Sur les lèvres attentives
Bien au-dessus du silence
J’écris ton nom
Sur mes refuges détruits
Sur mes phares écroulés
Sur les murs de mon ennui
J’écris ton nom
Sur l’absence sans désir
Sur la solitude nue
Sur les marches de la mort
J’écris ton nom
Sur la santé revenue
Sur le risque disparu
Sur l’espoir sans souvenir
J’écris ton nom
Et par le pouvoir d’un mot
Je recommence ma vie
Je suis né pour te connaître
Pour te nommer
Liberté.
Paul Eluard



Poésie et vérité 1942 (recueil clandestin)Au rendez-vous allemand (1945, Les Editions de Minuit)

Plus qu'un poème, un vibrant appel à lutter contre toutes les oppressions ;
Plus qu'une affiche, une œuvre intemporelle qui célèbre la joie et la beauté de la vie ;
Plus qu'un livre, un objet culte enfin réédité et accessible à tous...
Publié clandestinement en 1942, traduit en dix langues et parachuté par la RAF sur l'Europe occupée, " Liberté " de Paul Eluard est un poème mythique : avec ses vingt et un quatrains, il a la ferveur d'une déclaration d'amour et la force d'un mot d'ordre. En novembre 2016, " Liberté j'écris ton nom ", le poème de Paul Eluard illustré par Fernand Léger, reparaît chez Seghers à l'identique de l'édition originale, datée de 1953.
Tandis que nous nous apprêtons à rendre hommage aux victimes des attentats du 13 novembre 2015, la " liberté " scandée par Eluard apparaît plus que jamais comme un leitmotiv, un mot de rassemblement généreux, optimiste, qui va bien au-delà des clivages politiques, sociaux et religieux. Celui qui clame " Liberté, j'écris ton nom " invoque toute une histoire de luttes et de sacrifices – celle de nos aînés –, mais affirme aussi le désir de se sentir vivant, humain, aspirant au bonheur. Dans ce contexte troublé, il nous a semblé important que cette œuvre soit de nouveau disponible, dans une belle édition, soignée et accessible au plus grand nombre. 

 


De son vrai nom Eugène Grindel (14 décembre 1895-18 novembre 1952), Paul Eluard adhère au mouvement Dada, puis participe à l'aventure surréaliste aux côtés d'André Breton, Louis Aragon et Philippe Soupault. Poète de la Résistance durant les années noires, militant communiste, il demeure le chantre éternel d'un certain lyrisme amoureux. Dans la collection " Poésie d'abord ", les Éditions Seghers rassemblent quelques-uns de ses plus beaux textes : Derniers poèmes d'amour, Le Poète et son ombre, Poésie involontaire et poésie intentionnelle, L'Immaculée Conception (avec André Breton) et Lettres de jeunesse.
Fils d'un marchand de bétail, Fernand Léger (4 février 1881-17 août 1955) est un peintre français, mais aussi un décorateur, un céramiste, un sculpteur. Ami des poètes et des peintres de l'avant-garde, comme eux revenu choqué de la Grande Guerre, il est un pionnier du cubisme et du modernisme. Engagé auprès du parti communiste, il désire que ses œuvres soient accessibles à tous et en particulier aux ouvriers qui sont tenus à l'écart du monde de l'art. Une grande partie de son travail réalisé dans l'après-guerre témoigne d'un engagement social et d'un esprit solidaire.




Alors ce poème, je le connais comme vous tous depuis très longtemps mais sous cette forme je le cherchais depuis des années. Enfin, je me reprends, je le cherchais à un prix accessible. C'est chose faite avec cette réédition de qualité. Je me suis empressée de l'acheter. Ce poème dans cette forme est un rappel, un témoignage du passé qui me tenait vraiment à cœur.


Le texte est toujours d'actualité. Je n'en parlerai pas ici seulement pour dire qu'il est un phare face aux heures sombres que notre pays traverse.



 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires