menu 2

Mes dernières chroniques

mercredi 10 mai 2017

Fils de dragons de Justine Brax et Sébastien Perez

Éditeur : Albin Michel
Sortie : 3 octobre 2016
32 pages




Leur vol était majestueux.
Leurs crocs, plus acérés que ceux d'un tigre blanc.
Aucun arbre ne savait résister à leurs pattes griffues.
Pas un lieu ne restait silencieux lorsque l'un d'eux rugissait.




Yomon a grandi parmi les dragons. Fasciné par ces créatures majestueuses qu’il considère comme sa famille, Yomon se sent prisonnier de son corps d’enfant. Il le sait : son cœur est celui d’un dragon. Une nuit, il se rend auprès de Quiron, le plus ancien des dragons. Celui-ci lui raconte comment les rois des hommes ont combattu et mutilé les dragons pour dérober qui une dent, qui une griffe, qui des ailes, le souffle tonitruant et la pierre de feu. Pour devenir un dragon, Yomon va devoir récupérer ces 5 trésors.
Dès la levée des brumes, sans hésiter, le garçon débute sa quête. Mais chaque roi lui réserve un accueil différent, et Yomon n’est pas au bout de ses surprises…





Lecture finie
ou plutôt voyage terminé

Franchement, il est bien dommage que l'on cantonne les albums aux plus jeunes parce que Fils de dragons est un livre qui pourra parler également aux plus grands.

Yomon est un enfant qui a été élevé parmi les dragons. Ce sont ses modèles, alors bien sûre en grandissant, il veut devenir comme eux. Pourtant, il lui faudra tout un parcours initiatique pour y arriver et avoir le cœur d'un dragon.
Ce jeune déraciné devra retourner aux plus près de ses origines et ce n'est qu’après qu'il pourra décider de ce qu'il veut être.

J'ai beaucoup aimé ce petit homme sans identité innée qui tente d'être ce qu'il ne peut. Il vit dans un entre deux que l'on peut transposer dans de nombreuses situations. Ainsi les hommes et les dragons se détestent. Comment faire quand on a rien choisi mais que ces deux identités sont incompatibles, inconciliables ? Faut-il en renier une ? Doit-on n'en garder qu'une ?

Bien sûr , Fils de Dragon ne présente pas les choses ainsi à nos chers bambins mais il sème des graines de tolérance et d'acceptation de soi qui m'ont beaucoup plu.

C'est donc une très belle histoire qui n'est pas qu'un faire valoir au talent de Sébastien Perez parce que franchement vous allez en prendre plein les yeux ! Ce livre est beau mais beau.
On peut commencer par la couleur. Vous trouverez tout une variété de bleus vertigineux pour cet album. Cette profusion est d'autant plus mise en valeur qu'elle s'oppose à cette couleur quasi phosphorescente rose orangée très présente.
Il y a aussi l'aspect circulaire qui est réinventé de mille et une façons : les écailles des dragons, les vagues de la mer, les mandalas...
Les ombres chinoises sur certaines illustrations donnent un côté vivant très impressionnant. Il y a une addition de recherches plastiques que Sebastien Perez offrent de manière harmonieuse.
Moi qui suis fan de la culture asiatique, je n'ai pas boudé mon plaisir devant ces dragons qui mettent en valeur un imaginaire hybride, un pont entre l'occident et de l'orient … mais aussi le présent et l'histoire.
Ainsi la mise en forme du texte m'a beaucoup fait pensé aux enluminures médiévales tout en rappelant également le théâtre d'ombres chinoises. On a toujours cette forme circulaire phosphorescente qui représente à mon sens le feu des dragons.

Bref, cela donne un magnifique conte aux effets plastiques multiples et toujours réussis qui fera le plaisir des enfants …
et des parents !




2 commentaires:

  1. Bon alors c'est surtout la couverture qui me donne envie à moi ! Mama mia quelle beauté <3

    RépondreSupprimer
  2. C'est un livre d'une vraie beauté! J'adore cet artiste.

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires