menu 2

Mes dernières chroniques

mercredi 26 avril 2017

La Cité des Ténèbres, les Origines, Tome 1 : L'Ange Mécanique de Cassandra Clare








- Eh bien, elle ne répond pas à mes avances, observa-t-il d'un ton faussement enjoué, donc elle doit être morte.
- Ou c'est une femme pleine de goût et de bon sens. 














Tessa débarque à Londres pour rejoindre son frère. Mais à peine arrivée, elle tombe dans un piège: enlevée par les horribles Soeurs Noires, elle développe des pouvoirs qu'elle ignorait posséder. Jusqu'au jour où Will, un Chasseur d'Ombres, la libère et lui apprend qu'elle est une Créature Obscure. Un nouveau destin attend Tessa dans un monde mystérieux, où vampires, sorciers et autres créatures de l'ombre règnent en maîtres...






 
 


Cassandra Clare (un pseudonyme ) est née de parents américains à Téhéran. Elle est une journaliste new-yorkaise. Elle a beaucoup voyagé dans sa jeunesse et lu un nombre incroyable de romans d'horror fantasy.

Cassandra Clare s'est faite connaître en écrivant deux fan fictions de qualité, l'une située dans l'univers du Seigneur des Anneaux et l'autre dans celui d'Harry Potter. 

 

Lecture finie

Un pur régal !

Après avoir fini assez laborieusement la série La cité des Ténèbres, je restais assez réticente à me lancer dans son spin-off Steampunk.

J'ai eu tort !
Je trouve que celle-ci est largement meilleur.

Je l'ai trouvé plus abouti, plus inspiré et surtout plus surprenante.

Retour sur un excellent livre. Tessa est une jeune femme qui quitte New Yok pour Londres. Elle désire retrouver son frère Natanaël dont elle est sans nouvelles. Pourtant dès qu'elle pose le pieds sur le sol anglais, les choses se compliquent... et les aventures commencent !
J'ai découvert avec un réel plaisir ce Londres version Steampunk. La qualité d'écriture de Cassandra Clare rend tout cela très délectable. Je me suis plongée au plus près de cette univers. Tout y est, on retrouve les Nephilim, les vampires, les loups-garous mais il y a aussi de terribles automates et d'autres nouveaux tout aussi impressionnants.

L'histoire est vraiment sans temps morts. Tessa recherche son frère. C'est une course contre la montre car le jeune homme semble s'être fourré dans les ennuis et dans le monde de la nuit, les problèmes peuvent rapidement devenir mortels...

Elle fera la connaissance des Shadowhunters et je dois dire que je les ai TOUS adoré ! Ce sont des personnages très riches et très différents les uns des autres. Ils s'imposent très vite. Je garde cependant une préférence pour William Herondale dit Will. Le beau jeune homme secret oscille entre humour, sarcasme, héroïsme. J'ai vraiment eu du mal à le cerner mais c'est un choix délibéré de l'auteur. Elle propose un héros qui a des airs d'anti-héros et jusqu'à la toute fin, il est impossible de comprendre ses intentions tant il se cache derrière des actions déroutantes. Ses rapports avec les autres sont très surprenants. Il est accessible et en même il est inaccessible. Surprenant ? Non, simplement une très belle construction de personnage.
D'ailleurs c'est cette mosaïque de personnages haut en couleur qui rend ce premier opus si réussi. Ça y est, j'ai été mordu par cette nouvelle série ! Il s'agit d'une trilogie et on a forcément envie découvrir le devenir de nos héros surtout au vu de la qualité de cette partie-ci.

Je ne vais pas vous parler de l'histoire que j'ai vraiment découverte. Je vous laisse ce même plaisir. Il n'y aura pas de spoilers mais je suis donc obligée d'être assez floue. Je vous dirais seulement qu'elle est très novatrice. Il y a des rebondissements que je n'ai pas vu venir et qui m'ont ravi. Il y a de nombreux secrets, de faux-semblants. Certains sont dévoilés mais je dois dire que Cassandra Clare a ménagé ses effets et nous laisse encore dans l'attente.

C'est certainement pourquoi je compte lire
assez rapidement la suite …

Bref, si vous aimez le genre young adult et le steampunk, je vous conseille de ne pas passer à côté de cette petite pépite



"Il faut toujours être prudent avec les livres et leur contenu, renchérit Tessa, car les mots ont le pouvoir de nous changer."


Vous l'aimiez. C'était votre frère.
Il l'est toujours. Et je l'aime encore. Mais je sais qui il est. Je crois que je l'ai toujours su. Seulement, je ne voulais pas le croire. Je suppose qu'on a tous besoin de se mentir à soi-même, parfois.
  • Oui, fit Will d'une voix lointaine. J'imagine que vous avez raison.


Sydney Carton était un alcoolique et un débauché.
C'est exact. Voilà un homme qui ne valait rien, qui en avait conscience, et pourtant il avait beau s'efforcer de perdre son âme, il y avait toujours une part de lui capable d'accomplir de grandes choses. (Will baissa la voix.) Que dit-il à Lucie Manette ? Que malgré ses faiblesses, il peut encore brûler ?
Tessa, qui avait lu Un conte de deux villes plus de fois qu'elle n'en pouvait compter, murmura :
« Et cependant j'ai la faiblesse de vouloir que vous sachiez avec quelle puissance vous m'avez transformé tout à coup, moi, pauvre tas de cendres, en un feu ardent. » (Elle hésita.) Mais c'était parce qu'il l'aimait.
Oui, dit Will. Il l'aimait assez pour savoir qu'elle serait plus heureuse sans lui.
La chaleur de ses mains se propageait à travers le tissu des gants de Tessa. Le vent était glacial au-dehors, il avait ébouriffé ses cheveux noirs comme de l'encre tandis qu'ils traversaient la cour de l'Institut pour se rendre à la voiture. Sur le moment, il avait semblé plus jeune, plus vulnérable - son regard, surtout, qui en cet instant était si facile à déchiffrer. Elle ne l'aurait jamais cru capable de poser un tel regard sur elle ou sur qui que ce soit. Si elle avait pu rougir, pensa-t-elle, ses joues se seraient embrasées !





Tu penses sincèrement que nous t'aurions abandonné alors que toute la maison flambait ?
— Et cette idiote de Tessa qui était censée fuir avec Magnus, et qui a refusé de partir...
— Son frère était menotte à une chaise, objecta Jem. Moi non plus, je ne serais pas parti.
— Je vois que tu es décidé à réfuter tous mes arguments.
— Si ton argument, c'est qu'il y avait une jolie demoiselle dans la pièce et que cela t'a distrait, tu t'es bien fait comprendre.
— Tu la trouves jolie ? demanda Will, surpris.
Jem émettait rarement ce genre d'avis.
— Oui, et toi aussi.
— Je n'avais pas remarqué.
— Oh que si, et j'ai remarqué que tu avais remarqué, répliqua Jem en souriant.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires