menu 2

Mes dernières chroniques

mercredi 31 mai 2017

Destiny de Cecelia Ahern

 
Éditeur : Hachette Black Moon
Sortie : 17 mai 2017
300 pages



Tout individu Imparfait est jugé et marqué au fer rouge.
Un I qui les condamne pour toujours à l’exclusion.




Depuis la crise économique, la société a érigé de nouvelles règles. Celles de la Perfection. Tout individu Imparfait est jugé et marqué au fer rouge. Un I qui les condamne pour toujours à l’exclusion. Celestine North est parfaite. Sage, belle et brillante. Elle a le petit ami dont rêvent toutes les filles : Art, le fils du juge Crevan, chef de la Guilde. Elle a prévu d’étudier les maths à l’université. Car c’est une fille de logique, de définitions, qui comprend les règles et les respecte. Mais Celestine commet une erreur. Elle vole au secours d’un Imparfait. Ce qui est interdit. Quelques heures plus tard, la Police est déjà devant sa porte. Une fois en prison, la voilà face à un dilemme : mentir pour éviter d’être marquée Imparfaite, ou rester fidèle à son élan de solidarité en avouant qu’elle a bel et bien aidé un Imparfait ? D’un côté, Celestine veut préserver sa famille et Art. De l’autre, elle a la conviction qu’elle n’a pas mal agi. Et surtout, il y a Carrick, ce mystérieux jeune homme, « Imparfait jusqu’à la moelle », gardé dans la cellule d’en face et dont elle veut gagner le respect. Qui Celestine North décidera-t-elle d’être le jour de son procès ? L’héroïne résistante dont rêvent les Imparfaits ? Ou le visage parfait de la société ?


 

Cecelia Ahern (née le 30 septembre 1981 à Dublin, Irlande où elle réside toujours) est une romancière irlandaise.
Elle est la fille de l'ancien Premier ministre irlandais (Taoiseach), Bertie Ahern. Ses quatre romans ont tous été des best-sellers. Elle a aussi écrit de nombreuses nouvelles pour des anthologies. Elle est diplômée en journalisme et en communication du Griffith College de Dublin. Cecelia a une grande sœur, Georgina Ahern dont le mari, Nicky Byrne est un membre du boysband irlandais Westlife.
En 2000, elle fait partie du groupe pop Shimma, qui finit troisième à la finale nationale irlandaise pour le Concours Eurovision de la chanson.
Source : wikipédia




Il s'agit du premier livre que je lis de cette auteure. Elle n'en est cependant pas à son coup d'essai malgré son jeune âge. Le succès a été très tôt au rendez-vous puisque deux de ses livres ont déjà été adapté au cinéma.
Ici, la jeune romancière se lance dans la dystopie. C'est un univers qui est très à la mode et je dois dire que malgré de très bons livres dans ce domaine, je commence à perdre de l'intérêt pour le genre.

Ici Cecelia Ahern nous propose une société qui tente d'éradiquer toutes les imperfections. Pour cela tous ceux qui reconnus imparfaits doivent en porter les stigmates sur leur corps marqué au fer rouge. C'est violent mais c'est bien avec cette peur que la population crée de nouvelles valeurs. Ainsi sa partie déviante n'a plus les mêmes droits que celle qui a su appliquer les dogmes de la société. Ils vivent ensemble mais ne sont plus que des citoyens de seconde zone.

C'est un peu effrayant mais le concept de clivage est un ressort connu en dystopie. C'est d'ailleurs avec un sentiment de déjà vu que j'ai vu le livre se mettre en place.
Célestine est une fille parfaite qui vit une vit parfaite pourtant son humanité la poussera à ne pas suivre les diktats qui la coupent d'une partie de la population... J'ai vraiment eu peur de facilités dans le traitement de l'histoire et qu'il n'y ai qu'un catalogue des clichés du genre.

Alors certes la première partie n'est pas très originale mais plus on avance plus l'histoire se singularise et prend de la profondeur.

Célestine est un très beau personnage qui porte cette histoire. Elle est banale et extraordinaire tout à la foi, comme tout le monde. On peut s'identifier facilement. Elle est vraiment une représentation très actuelle de notre société actuelle à nous.

Est-ce que lorsque l'on a tout, on doit prendre le risque d'aider ceux qui souffrent quitte à choir de sa position de privilégié ?

Tout le cheminement du premier tome de ce diptyque montre la genèse de cette insoumission.

En romantique que je suis, j'attendais avec impatience de rencontrer LE héros. J'ai été enthousiasmé et frustré à la fois. Enthousiasmée car Cecelia Ahern nous propose un héros au charisme titanesque. Carrick. Il lui en faudra d'ailleurs car il ne doit pas dire plus de dix mots dans ce premier tome... Pourtant, il a une présence énorme et il noue avec l'héroïne une relation très atypique qui m'aura vraiment emballé. Le hic - et c'est là que je parle de frustration - c'est qu'il est très peu présent physiquement. Ne cherchez donc pas à vous étourdir avec une belle histoire d'amour. Peut-être pour le tome 2 ?

Est-ce que j'ai aimé ?

Oui même si j'aurais aimé être plus surprise par les fondations de l'histoire qui reprennent beaucoup les éléments récurrents de la dystopie. Cependant plus on avance dans l'histoire plus celle-ci devient originale.

Bref, une première rencontre avec Cecelia Ahern réussie. Destiny plaira à tous les amateurs de young adult et dystopie. Il reprend les codes en proposant une belle histoire regorgeant d'humanité. Elle est une fable sur la différence, les imperfections et la tolérance qui doit en découler. J'attends avec impatience la moral qu'elle va apporter à tout cela dans le deuxième tome.


Quand on commet une erreur, on en retire une leçon. Si on ne se trompe jamais, on n'apprend jamais rien.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires