menu 2

Mes dernières chroniques

jeudi 23 mars 2017

Addicted to sin, Tome 1 de Monica James

Éditeur : Hugo Roman
Sortie : 6 octobre 2016
360 pages


- J'ai un truc pour obtenir ce dont j'ai envie.
J’écarquille les yeux avant de baisser ostensiblement mon regard sur sa poitrine.
Elle surprend mon geste et se met à rire.
- Non, pas avec ça, espèce de pervers.
Je lève les mains en l'air pour témoigner de mon innocence.
- Hé ! Je ne suis qu'un homme.




 
Monica James est australienne et vit avec sa famille à Melbourne. Elle écrit des romances contemporaines depuis quelques années et trouve son inspiration dans la vie de tous les jours. Elle aime écrire des omances simples, très sensuelles, rythmées par de nombreux rebondissements.



Depuis que sa fiancée l'a quitté six semaines avant leur mariage, Dixon Mathews a renoncé à toute liaison durable. Il enchaine les rencontres éphémères et n'hésite pas à coucher avec les patientes qui fréquentent son cabinet de psychiatre. Mais alors qu'il pensait ne plus jamais éprouver d'intérêt durable pour elles, deux femmes vont croiser son chemin. Juliet est belle et toxique, addict au sexe. Madison est innocente et fragile. Une l'attire sexuellement, l'autre touche son âme et son coeur.
Dixon n'est peut-être pas le meilleur des hommes et il a ses faiblesses mais il sait qu'il doit choisir. Mais les choix les plus évidents ne sont pas toujours les meilleurs et la voie la plus simple peut parfois se compliquer.
Dixon va vite découvrir ce qu'il veut vraiment mais les erreurs du passé reviennent souvent hanter le présent.




Lecture finie
Voilà bien longtemps que je n'avais pas lu de lecture érotique.
Alors on est pas dans le tout érotique mais c'est clairement le ressors majeure de ce roman.

Dixon est un superbe psychiatre de 32 ans. Si,si, ils existent...et je peux vous dire qu'ils sont chauds bouillants.

Ils sont même tellement chauds qu'ils couchent avec leurs patientes !

Je dis ça avec mon humour mais je dois dire que le postulat de départ c'est à dire le beau gosse de ces dames en relève de Sigmund Freud, j'ai trouvé que cela manquait cruellement de crédibilité. D'autant que c'est un personnage qui est passablement névrosé. Le pauvre a vécu un traumatisme quand sa fiancée l'a quitté alors qu'il devait se marier. Et depuis, il consomme les femmes comme on consomme de l'eau...Comme dit le proverbe : « Ce sont souvent les cordonniers, les plus mal chaussés ».
Dixon a un système de valeur qui le rend très antipathique. Il est blasé mais aussi dédaigneux et hautain quand aux personnes qui l'entourent à commencer par ses patients. Je n'ai pas accroché avec lui. On a souvent ce personnage masculin « blasé de tout » en romance mais il y a forcément un élément qui le rend sympathique. Là je n'ai rien trouvé...Il est clairement de ces personnages qui ne donnent pas la même valeur ou plutôt le même respect aux individus …
Alors forcément avec ce code de valeur, il se jette dans des relations que certains diront érotiques, moi je les ai trouvé glauques. Quand il rencontre Madison et bien je ne l'ai pas trouvé plus sympathique pour autant.
Madison est un peu trop la caricature de l'oie blanche. Certes, il y a de beaucoup beaux passages entre ces deux-là mais le personnage de la belle est très stéréotypé. J'ai eu du mal à la trouver intéressante ou du moins originale.

La fin se finit sur un cliffangher. Je pense lire la suite par curiosité mais je ne me jetterait pas dessus. On a une bonne romance érotique mais qui malgré ce qu'elle laissait penser est loin d être originale. J'attendais un peu plus.





-Docteur Mathews, votre rendez-vous de 12h30 est arrivé, annonce Madame Vale dans l'interphone.
Sa voix chantante me sort de ma rêverie, je m'éclaircis la gorge avant de répondre :
-Faites la entrer.
J'affiche sur mon ordinateur la page pour les nouveaux patients et commence à taper les détails concernant Mademoiselle Juliet Harte.

Age : 26 ans.
Genre : Femme.
Adresse : 18 Union Square West, New York
Trouble : Addiction au sexe.

Oh mon dieu.

-Docteur Mathews ? lance une voix veloutée et, prête à la saluer, ma queue commence à se redresser.
Mes yeux quittent l'écran de mon ordinateur pour découvrir que Mademoiselle Juliet Harte est le pêché à l'état pur dans un écrin de perfection.
Ses cheveux blonds sont noués en chignon et quelques mèches retombent sur son visage, attirant l'attention sur des yeux bleus qui appellent au sexe. Ses lèvres recouvertes d'un gloss clair sont les plus sensuelles que j'ai jamais vues. Les images de ce que cette bouche pourrait me faire m'assaillent et me forcent à me réinstaller délicatement sur mon siège."



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires