menu 2

Mes dernières chroniques

mercredi 8 février 2017

La Cité des Ténèbres, Tome 5 : La Cité des Âmes Perdues de Cassandra Clare

 
Éditeur : PKJ
Sortie : 22/05/ 2014
608 pages





    - J'ai un plan.
    Il grogna :
    - J'en avais bien peur.
    - Mes plans ne sont pas si terribles !
    - Les plans d'Isabelle sont terribles. Il la désigna du doigt. Tes plans sont suicidaires. Voir pire. 









     


    Clary est folle de joie. Lilith serait anéantie et Jace sauvé... Mais quand les chasseurs d'ombres viennent le libérer, ils ne trouvent que du sang et du verre brisé. Jace a disparu. Clary découvre bientôt qu'il est devenu un serviteur des démons! Son sort est désormais lié à celui de Sébastien, son pire ennemi...
    Pour sauver l'homme qu'elle aime, Clary va devoir risquer plus que sa vie. Existe-t-il encore le moindre espoir?


 

Cassandra Clare (un pseudonyme ) est née de parents américains à Téhéran. Elle est une journaliste new-yorkaise. Elle a beaucoup voyagé dans sa jeunesse et lu un nombre incroyable de romans d'horror fantasy.

Cassandra Clare s'est faite connaître en écrivant deux fan fictions de qualité, l'une située dans l'univers du Seigneur des Anneaux et l'autre dans celui d'Harry Potter. 



Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/04/la-cite-des-tenebres-tome-1-la-coupe.html  http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/la-cite-des-tenebres-tome-2-la-cite-des.html
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/11/la-cite-des-tenebres-tome-3-la-cite-de.html

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2016/05/la-cite-des-tenebres-tome-4-la-cite-des.html#more

    - Lecture finie -

Un cinquième tome que j'ai apprécié même si j'ai trouvé beaucoup de ressors des tomes précédents. Cela a beaucoup amoindri l'intérêt de l'intrigue, lui donnant un goût de déjà vu.

Jace et Clary doivent maintenant faire face à un nouvel ennemi. Enfin bon...Il ne s'agit pas vraiment d'un nouvel ennemi puisqu'il s'agit du frère de Clary que tout le monde pensait mort. Sebastien. Alors autant dire dire que celui-ci tient beaucoup de son maléfique père, le grand méchant de la première trilogie : Valentin.

Le livre démarre par la recherche effrénée de Jace. Il est porté disparu et tous ses proches, en commençant par Clary, le cherche désespérément. Quand cette dernière le retrouve et apprend ce qu'il est devenu, débute son chemin de croix...

J'ai toujours l'impression que les livres de cette série commencent par la question « Mais où est passé Jace ? ». La réponse : « Dans les pires ennuis ! ». Bien sûr ces amis vont le sortir de ce mauvais pas. On est pas dans du copier-coller. Cassandra Clare a un talent certain et une écriture de qualité qui rend le tout très plaisant mais cela ne gomme pas le manque d'originalité.

Donc j'ai bien aimé cet opus parce que j'aime la plume de l'auteure. Elle est riche et captivante. On ne s'ennuie pas mais j'ai vraiment eu l'impression que les ingrédients étaient toujours les mêmes : la remise en question des shadowhunters, l'amour impossible de Jace et Clary, les tourments de Jace qui prennent fin grâce à la rédemption que lui apporte Clary...

J'ai préféré à certains moments les personnages secondaires qui apportaient la nouveauté. Ainsi j'ai beaucoup aimé Maïa et Jason. Leur romance est très touchante et j'aurais aimé qu'elle soit un peu plus mis en avant.

Bref, une auteure qui connaît son affaire pour nous faire passer un bon moment mais j'attendais tout de même un peu plus.


— Je n’aurais pas dû te forcer la main. C’est juste que… Il y a trois mois de ça, le seul fait de te tenir dans mes bras aurait été impensable.
— Je sais.
Il prit son visage dans ses mains pour la regarder, et tout lui parut familier chez lui : l’iris doré de ses yeux, la cicatrice sur sa joue, sa lèvre inférieure pulpeuse, la dent légèrement ébréchée qui lui donnait un air canaille. Pourtant, elle avait cette impression qu’on éprouve parfois en revenant voir la maison de son enfance : la façade a beau être la même, c’est une autre famille qui y vit.
— Je m’en fichais, reprit-il. Je te voulais, quoi qu’il arrive. Je t’ai désirée dès le début. Tu étais la seule qui comptait pour moi.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires