menu 2

Mes dernières chroniques

vendredi 3 juin 2016

Fleurs Sauvages de Kimberley Freeman

Éditeur : Pocket
Sortie : 28/04/ 2016
576 pages





Il y a deux sortes de femmes sur Terre, Beattie :
celles qui font les choses et celles qui se laissent faire.



Beattie : Glasgow, 1929
Beattie Blaxland avait des rêves. De grands rêves. Elle rêvait d’une vie remplie de mode et d’étoffes. Ce dont elle n’avait jamais rêvé, c’était de tomber enceinte de son amant, un homme marié, à la veille de son dix-neuvième anniversaire.
Emma : Londres, 2009
Emma Blaxland-Hunter vivait son rêve. Danseuse étoile au London Ballet, elle avait tout… jusqu’au jour où elle a tout perdu.
Des décennies les séparent et les deux femmes doivent trouver la force de reconstruire leur vie. Un héritage mènera l’histoire à Wildflower Hill, là où une femme peut apprendre à se relever et savoir ce qu’elle veut vraiment.
Des différences de classes sociales à Glasgow pendant la dépression aux pâturages vallonnés d’une ferme dans la campagne tasmanienne : une histoire inoubliable pleine de passion, d’amour, de secrets et de malheurs.

Kimberley Freeman est née à Londres et a grandi en Australie, dans le Queensland, où elle habite toujours. Diplômée d'un doctorat, elle partage aujourd'hui son temps entre son travail de professeur et son activité d'écrivain.
Ses livres sont traduits dans 20 pays et ont déjà conquis des millions de lecteurs.


Une idée commença à germer dans son esprit. Une idée qu'elle avait du mal à assumer. Henry n'était pas là. Il dormait sans doute chez Billy, sur le canapé. Ensuite, il irait travailler toute la journée. Des heures passeraient avant qu'il ne rentre à la maison. Elle avait tout le temps de s'enfuir.
Il avait beau dire qu'il aimait sa fille, il se montrait cruel envers elle. Il dépensait leur argent avant même de le gagner, il privait Lucy de l'essentiel au quotidien et lui offrait ensuite des cadeaux ridicules. Combien de temps leur restait-il avant que la petite ne l'agace au point qu'il en vienne à la frapper, comme il l'avait fappée, elle ? Avec l'alcool qu'il ingurgitait, il lui était impossible de se maîtriser. La meilleure chose qu'elle puisse faire pour sa fille était de la séparer de son père. Même si elle l’aimait plus que de raison.
Beattie savait que ce projet relevait presque de l'impossible. Mais elle se souvint du conseil de Cora, des années plus tôt, au moment où elle s’apprêtait à quitter Glasgow. Il y a deux sortes de femmes sur Terre, Beattie : celles qui font les choses et celles qui se laissent faire. L'avait-elle écoutée ? Non. Cora avait essayé de la mettre en garde contre Henry, mais Beattie avait décidé de faire partie de la mauvaise catégorie de femmes: elle avait choisi de se laisser faire.



J'ai fait une chronique pour Songe d'une nuit d'été.

Vous la trouverez ici.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires