menu 2

Mes dernières chroniques

lundi 14 novembre 2016

Londres, la ténébreuse Tome 3 : Le maître de la Guilde de Bec McMaster

Éditeur : J'ai Lu
Sortie : 6 juillet 2016
440 pages







  Déterminée à détruire l'Échelon qu'elle méprise, Rosalind Fairchild a une mission.
Infiltrer.











 


Déterminée à détruire l'Échelon qu'elle méprise, Rosalind Fairchild a une mission. Infiltrer. Découvrir tout sur la disparition de son frère. Puis d'échapper.
Pour trouver le leader, Sir Jasper Lynch, Rosalind se fera passer pour sa secrétaire. Mais elle n'imaginait pas que Lynch serait un homme si charismatique, la défiant sans cesse, la forçant à remettre en question ce qu'elle croyait savoir sur son ennemi.
Il pourrait se révéler être un allié inespéré...

(source :BdP)





Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série. 



http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/03/londres-la-tenebreuse-tome-1-la.html   http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/10/londres-la-tenebreuse-tome-2-la-bete-de.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2016/02/londres-la-tenebreuse-tome-3-le-maitre.html 
n

 



- Lecture finie -

J'ai a-do-ré.

C'est le 4ème livre que je lis de cette auteure et c'est toujours une réussite. C'est vraiment une auteure qui rejoints mes chouchous.
Tout est bon. Tout est là pour vous faire passer par une multitude de sensations.

Jasper Lynch est un Sang-Bleu. Autant dire qu'il est né du bon côté de la barrière mais attention sa situation est pourtant loin d'être avantageuse. Ainsi le chef des Engoulevents doit capturer au plus vite Mercury. Les dirigeants veulent éradiquer les Humanistes, un groupe dissident violent qui conteste la suprématie des Sang Bleus. C'est Jasper qui est chargé de cette tâche mais il est devant un ultimatum. Ainsi c'est Mercury ou lui...
Sauf que la chef dont personne n'a jamais le visage est la tentation incarnée. Celle-ci joue avec le feu et se fait recruter au sein des engoulevents. Loin d'être suicidaire, elle a ses propres raisons pour approcher si près de celui qui a juré de la capturer coûte que coûte.

J'arrête là le postulat de départ mais sachez que c'est un livre sans temps mort. Il y a une multitude de rebondissement justement placés qui tiendront toujours le lecteur en haleine.

Je pense que le plus de cette série est vraiment l'univers que nous propose Bec McMaster. C'est une société complexe qui ne ressemble à aucune autre et qui pourtant emprunte à tous les genres. Ainsi on retrouve des vampires, des cyborgs, des loups-garous et bien d’autres encore mais ils sont vraiment très différents. L'univers Steampunk est maîtrisé et vraiment exploité de manière géniale. Je ne vois pas l'intérêt de vous décrire plus cette société complexe que propose l'auteure, vous perdriez une bonne partie de votre plaisir de lecture mais sachez que c'est vraiment un vrai plaisir.

Dans les deux premiers tomes, on avait un vision des quartiers mal famés. On se retrouve ici du côté des forces de l'ordre. On se rend compte que c'est un univers loin d'être manichéen et que les Sang Bleus ne sont pas tous mauvais.
J'ai beaucoup aimé les Engoulevents. On a une galerie de personnages secondaires extrêmement bien mise en valeur. Je dirais même plus, il me tarde de les découvrir un peu mieux Garrett et Perry.

Je ne vous parle même pas de la romance qui est magnifique. Un grande et belle histoire d'amour impossible mais chut....l'auteure leur réserve une série d'obstacles quasi insurmontables.

Bref une série et une auteure qui sont pour moi des coups de cœur. C'est un livre à dévorer !




Il resta immobile, sans pour autant cesser de l’observer.
Une fois qu’elle eut refait entièrement le lit, elle cala des serviettes autour de lui et posa la cuvette d’eau sur la commode à côté du lit. Il parut se calmer pendant sa toilette et ses paupières devinrent lourdes. Rosalind commença à baisser le drap.
Lynch souleva les hanches d’un geste suggestif, le souffle court.
— Non, pas avant que tu ne me sois revenu, murmura-t-elle.
Il plissa dangereusement les yeux.
— Je ne suis jamais parti.

Son côté sombre l’attirait. Rosalind glissa le gant sous le drap et sa main s’empara de son érection. Lynch se figea, le dos raide.
— Tu sais ce que je veux, dit-elle en l’empoignant vigoureusement.
Une vague de chaleur se répandit dans son bas-ventre.
— Et tu sais ce que je veux.
— Tu veux me revendiquer, dit-elle, incapable de détourner les yeux.
Elle tourna le poignet et lui arracha un nouveau halètement. Ses tétons durcirent et Rosalind déglutit.
— Peut-être que c’est moi qui vais te revendiquer ? suggéra-t-elle avec malice.
Elle reposa le gant et entreprit de le sécher avec une serviette sans se presser, en accordant une attention particulière à son sexe dressé. Elle qui avait pensé que l’expression dans ses yeux ne pouvait s’assombrir davantage, il semblait désormais en proie à un désir intense. Il tira sur ses chaînes qui émirent un cliquetis.
— Libère-moi.
— Libère-le, rétorqua-t-elle, avant de soulever ses jupes et de le chevaucher.
Il planta ses yeux impitoyables dans les siens.
— Je suis lui.
— Tu n’es que les ténèbres qu’il a en lui, corrigea-t-elle en se penchant pour déposer un baiser sur son torse.
La peur et le pouvoir mêlés lui causèrent une terrible sensation de vertige.
— Qui est-il, selon toi ? murmura le démon en lui.
Rosalind posa sa langue autour de son téton. Lynch tressaillit.
— C’est un homme bon, murmura-t-elle. Loyal, honnête et courageux.
Elle prit son temps pour mordiller la chair délicate de son mamelon.
— Et le reste ? Les ténèbres ? gronda-t-il férocement. Tu m’appartiens. Ne l’oublie jamais.
Il souleva les hanches et sa peau chaude se colla contre sa cuisse. Rosalind hoqueta et plaqua à son tour son bassin contre lui. L’extrémité de son sexe frotta contre la soie humide collée à ses parties génitales.
— Prends-moi, murmura-t-il. Donne-toi à moi. J’ai besoin de toi… envie de toi…
Étourdie, Rosalind émit un grognement puis secoua la tête.
— Non. Pas avant que tu le laisses refaire surface.
— Je… l’empêche pas…
Le bout de son sexe caressa le bord de sa culotte. Rosalind enfonça ses ongles dans son ventre. Elle sentait maintenant son membre glisser sur l’humidité de son entrejambe. Elle se plongea dans ses yeux noirs et le sentit s’enfoncer en elle.
Elle avait pensé avoir le contrôle. Elle se trompait. Un gémissement monta dans sa gorge et elle s’ouvrit involontairement. Elle aussi avait envie de ça, besoin de ça. Mais elle aurait voulu que ce soit avec Lynch.
— Pourquoi ? demanda-t-elle, les cuisses brûlantes. De quoi a-t-il… as-tu peur ?
Lynch afficha un sourire sombre et malicieux qui la liquéfia de l’intérieur.
— C’est lui qui a peur de moi. (Il donna un coup de hanche et s’enfonça encore de quelques centimètres.) Il a peur de me laisser partir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires