menu 2

Mes dernières chroniques

lundi 15 février 2016

Jane (coeur à prendre) Jones de Joan Reeves








Il n'y a pas que les crapauds qui deviennent de beaux princes charmants :
les geeks à lunettes aussi. 










Jane revient dans sa ville natale pour les retrouvailles des anciens élèves du lycée. Sa meilleure amie lui a promis que Morgan, son premier amour, ne viendrait pas. Mais l'ancien nerd est bien là... et il a beaucoup changé. Il faisait déjà battre son coeur à l'époque et il est devenu irrésistible. Enfin, c'est ce qu'il croit. Pour Jane, pas question de céder cette fois. Morgan va quant à lui tout faire pour la reconquérir. Bien vite, les anciens élèves vont tous tomber dans une phase régressive on ne peut plus savoureuse. La nostalgie peut certes raviver des souvenirs que tout le monde souhaiteraient avoir oubliés, mais elle peut aussi favoriser un retour de flamme.

Il n'y a pas que les crapauds qui deviennent de beaux princes charmants : les geeks à lunettes aussi.




Jane haussa le ton, sans remarquer que la salle était à présent silencieuse. Résolument décidée à ne laisser personne penser qu'elle était en pleine chasse à l'homme, ou que sa vie ne la comblait pas entièrement, comme le laissait supposer ce stupide badge, elle enchaîna :
-Je n'ai pas envie de me marier. Je suis parfaitement heureuse comme ça et j'aimerais bien que tout le monde dans cette ville le comprenne. Je suis libre d'aller et venir à ma guise sans rendre de comptes à qui que ce soit. Et je gagne ma vie. Je n'ai pas besoin d'un homme pour m'entretenir, alors à quoi me servirait un mari ? Inutile d'acheter une vache pour avoir du lait, si vous voyez ce que je veux dire. Et je peux vous affirmer que les hommes l'ont compris bien avant nous.
Felicia la dévisagea d'un air bizarre :
-Donc pour toi, Morgan n'est pas un bon parti ?
Jane partit d'un rire forcé :
-Il ne m’impressionnait déjà pas il y a dix ans, alors pourquoi je changerais d'avis simplement parce qu'il a quelques dollars de plus sur son compte en banque ?
-Je dirai plutôt dix millions en actions, titres et métaux précieux. Et quelques dollars sur son compte, la corrigea une voix grave derrière elle.
Jane se retourna vivement pour se retrouver face à face avec un homme aux cheveux bruns qui la dépassait d'au moins une tête. Il lui décocha un grand sourire qui révéla des dents d'un blanc étincelant. Une pensée stupide traversa l'esprit de Jane.
C'est pour mieux te manger, mon enfant.
Elle réprima le petit rire hystérique qui montait en elle. Ce n'était pas le Grand Méchant Loup, pourtant, à cet instant, elle avait l'impression d’être le Petit Chaperon rouge. Elle plongea dans ses grands yeux bleus, aussi froids et impénétrables que l'Atlantique nord.
-Morgan !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires