menu 2

Mes dernières chroniques

samedi 16 avril 2016

Bad - Amour interdit - Jay Crownover

Éditeur : Harlequin (&H)
Sortie : 9 mars 2016
384 pages



 Seul l'amour
pourra les sauver...








 Passion:


Il s’appelle Bax.

Un nom qui fait trembler tout le quartier de The Point. Un nom synonyme de violence, un nom synonyme de sang. Et aujourd’hui, Bax a bien l’intention de le faire couler pour obtenir des réponses. Car il vient de sortir de prison après cinq années ; 1 826 jours passés derrière les barreaux, sans bière, sans fille, sans rien, pas même la garantie d’en ressortir vivant. Et pour commencer, il doit trouver Race, celui qu’il considérait comme son meilleur ami, pour lui poser quelques questions sur cette fameuse nuit où tout a basculé.


Elle s’appelle Dovie.

La survie dans The Point, ça la connaît. Elle a même établi quelques règles.

Règle n°1 : se la jouer discrète, par exemple en s’habillant comme un mec et en cachant sa crinière rousse.

Règle n°2 : éviter de sortir avec les types du coin.

Règle n°3 : ne jamais rien devoir à personne. Mais lorsque Race, son frère, disparaît mystérieusement, Dovie n’a plus le choix. Adieu les règles, bonjour le danger. Car son seul espoir de retrouver son frère tient en trois lettres : Bax.



Source :VaLouka

 
 

« Premièrement, je suis une fille… Oui, je sais, moi non plus je ne pensais pas devoir le préciser, mais après avoir reçu quelques mails curieux ces derniers temps, j’ai pensé que ça ne coûtait rien de vous le dire.
- Jay est le diminutif de Jennifer. Je vis dans le Colorado, c’est un bel endroit et on y trouve toutes sortes de personnes intéressantes de qui s’inspirer. J’adore les tatouages et les modifications corporelles. J’adore aussi lire, tous genres confondus ; bien sûr, avec un beau garçon tatoué, c’est encore mieux. Ma vie a changé cette année, et un matin, je me suis levée et j’ai décidé que j’allais enfin finir l’une des millions d’histoires avec lesquelles je jouais. J’adore écrire, et cela faisait longtemps que je me demandais ce que j’allais faire de ma vie. Alors sachez que vous, lecteurs, êtes une partie précieuse de ma nouvelle vie et j’espère que vous avez aimé cette histoire. »

Extrait de : Crownover, Jay. « Marked men Saison 1 »
  

 
Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série.
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/12/bad-amour-interdit-jay-crownover.html  http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2016/02/bad-tome-2-amour-dangereux-de-jay.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2016/02/bad-tome-3-amour-coupable-de-jay.html



 

 
Lecture finie
C 'est une chronique un peu particulière que je vous propose. La raison en est  la sortie au même moment de deux romans de Jay Crownover. Une auteure que beaucoup (dont moi) attendaient impatiemment.

J'ai lu dans un premier temps Rule de la série Marked men. Je vais faire court. J'ai été déçu. Alors certes, je ne dirai pas que le livre est mauvais mais j'attendais quelque chose de fort, nouveau. J'ai trouvé la romance vraiment convenue hormis le personnage principal, Rule qui sort du lot par son physique (piercé et tatoué à outrance). Hormis cette réelle originalité, j'ai trouvé que la romance empruntait les codes bien connus du genre.
J'ai donc un peu traîné pour lire son autre série : Bad. Ma curiosité l'a emporté après avoir lu des chroniques qui encensaient ou descendaient soit Bad soit Rule. Les deux livres sont loin de laissé insensibles. J'ai lu que de nombreuses lectrices avaient décroché dès le début de Bad...

J'ai donc commencé ma lecture en me disant que j'allais rejoindre le bataillon des déçues. Le début m'a conforté dans cette attitude. Le style ne m'a pas accroché. La provocation de Shane Baxter ne m'a pas convaincue. Bref...et puis au bout du deuxième tiers du livre la sauce a prise et j'ai dévoré la suite de ce roman.

Pourquoi ?

Le début plante le décors. Shane Baxter est un voyou qui sort de prison après avoir y avoir purgé une peine de cinq ans. Il cherche son meilleur ami Race qui est en parti responsable de son emprisonnement. Il tombe sur la sœur de celui-ci, Dovie. Une relation étrange se tisse entre eux. La romance est vraiment atypique. Ils se ressemblent beaucoup et sont aussi vraiment différents. Oui oui. J'ai vraiment accroché avec leur alchimie. Jay Crownover ne propose pas l'éternelle romance (que j'aime beaucoup aussi ) entre le bad boy et la princesse. Tous les deux viennent des bas fonds de la ville. The point. Ils ont simplement poussé différemment. Ils sont un miroir de ce qu'ils auraient pu être dans un sens comme dans l'autre. Il n'y a pas de jugement de valeur. Ils se comprennent...Baxter n'est pas un gentil : il est comme il est. Il n'est pas non plus une caricature. La rue l'a façonné et il a du y appliquer ses règles pour survivre.

J'ai beaucoup aimé le personnage masculin qui propose une belle palette de couleurs. La vie l'a rendue mauvais. Il n'a pas envie de s'amender. Pour survivre, il doit être fort. C'est un constat. Sa réalité. Simplement sa rencontre avec Dovie lui permet de voir qu'il peut être aussi autre chose qu'une brute. Ce n'est qu'un versant de sa personnalité. La jeune femme parle d'ailleurs de lui en montrant qu'il y a le terrible Bax mais il y a aussi Shane.

Pourtant, pour moi, le gros plus du livre c'est l'histoire. Elle est vraiment bien fichue. Il y a une vraie intrigue qui m'a tenue en haleine. Vous pensez bien que je ne vais pas m'étendre dessus, cela vous gâcherez votre plaisir mais sachez que la construction du récit est riche en péripéties que le lecteur ne voit pas venir et j'ai trouvé que le dénouement était vraiment efficace et réussi.

Bref. Après avoir lu Marken men et Bad, je peux dire que je rejoins sans hésitation les fans de Bad. Pour les autres, celles qui ne l'ont pas apprécié, je pense que ce qui a pu jouer en sa défaveur est le début du livre qui n'est pas extraordinaire. Ce sentiment est amplifié par un style qui m'a fait tiqué. Je me suis même demandée s'il n'y avait pas un problème de traduction. La suite rattrape cet écueil et j'ai passé un excellent moment de lecture que je vous conseille !

 

Je m’appelle Shane Baxter. Mais tout le monde m’appelle Bax. Je suis un voleur.
Vous avez une copine ? Je vous la piquerai. Une belle bagnole tout juste retapée ? Je vous la piquerai. Des appareils électroniques très chers que vous croyez à l’abri dans un coffre ? Je viendrai et je vous les piquerai, parce que, de toute façon, vous n’en avez pas besoin.
D’ailleurs, il n’y a rien qui soit à vous qui ne puisse être à moi, à moins que vous vous l’attachiez au corps avec des chaînes ultra-solides.
C’est la seule chose pour laquelle j’aie jamais été doué. Prendre aux autres ce qui est pas à moi, c’est comme une seconde nature.


Ses jambes encore enfermées dans son jean m’ont écarté les cuisses, et il s’est plaqué contre mon bassin. Je l’ai regardé, l’implorant silencieusement d’arrêter. Ce n’était plus Shane qui était là, ni même Bax. Juste un parfait étranger, froid et détaché, sans remords. J’ai fixé son étoile. Ce tatouage aurait dû le faire paraître ridicule et écœurant, mais c’était mon seul point de repère au cœur de ce ciel sombre.

Pas de doute, Bax voulait m’obliger à lui dire d’arrêter. Il le faisait exprès. Il tremblait, mais pas d’excitation. Il tremblait parce qu’il s’acharnait à tirer sur le fil ténu qui nous liait l’un à l’autre. Bax m’a embrassée sans douceur sur la joue avant de descendre vers mes lèvres sans que je proteste. Il me serrait si fort les poignets que j’aurais des bleus pendant quelques jours. Je pouvais sentir son cœur tambouriner contre le mien.

Il a écrasé mes lèvres sous les siennes. Plus une agression qu’un vrai baiser. J’étais immobile et je me laissais faire docilement. Je ne voulais pas lui donner ce qu’il attendait de moi, même si sa langue glissant sur mes lèvres me rendait folle. Je le voulais de toutes mes forces. Mais pas comme ça…
Son torse massif a ondulé contre moi. Et j’ai réalisé que son érection — qui d’habitude se dressait entre nous — n’était pas là. Bax ne prenait pas plus de plaisir que moi en ce moment, mais je ne l’empêcherais pas de continuer. Il devait s’arrêter de lui-même. Ou cela prouverait que tout en lui, tout ce qui faisait Shane Baxter, était mauvais. Et que ce que j’avais cru percevoir de lui quand il avait baissé sa garde, quand il m’avait embrassée et regardée comme si j’étais la plus belle chose qui lui soit arrivée, tout ça n’avait été qu’une illusion.
Sa bouche impitoyable a émis un râle et je n’ai pas pu retenir l’une de mes larmes. Nous étions si proches l’un de l’autre qu’elle ne lui a pas échappé.
— Dis-moi de m’arrêter, a-t-il murmuré.
Nous avions eu cette même conversation le soir de notre rencontre, cette nuit fatale où ses yeux diaboliques s’étaient posés sur moi pour la première fois.
— Non.
— Dis-moi d’arrêter, Dovie.
Ses doigts ont serré plus fort mes poignets, et j’ai tressailli. Ses yeux de velours ont pris un nouvel éclat sombre. Il ne voulait pas me faire du mal, mais il ne pouvait pas s’en empêcher.
— Non.
— Tu peux tout arranger, Dovie.
Il semblait si perdu que j’en ai eu mal au cœur. Bax n’avait jamais eu la chance d’avoir une vie ordinaire. Il n’aurait jamais de travail de bureau stable, ni de vie simple et sans problèmes. Il serait toujours ce gars avec un casier judiciaire, sauvage et brutal, et accompagné d’une dangereuse réputation. Il était Bax et Shane. L’un n’existerait jamais sans l’autre et il fallait qu’il trouve un juste équilibre entre ses deux personnalités. Je pouvais l’y aider, tant qu’il ne me détruisait pas au passage.
— Toi aussi, tu peux tout arranger, Bax. Mais si tu continues ça, c’est fini. Je partirai et je ne reviendrai pas.
Une lueur étrange est passée dans ses yeux et mes mains ont soudain été libres de toute entrave. Bax s’est relevé, tout le haut de son corps tremblait.
— C’est inévitable, non ?
Il voulait fuir, c’était plus qu’évident. Il voulait que ça vienne de moi, histoire d’avoir la conscience tranquille. Mais je n’avais pas suivi son plan, et il s’apprêtait à libérer toute sa hargne et à se défouler sur une ville qui ne verrait rien venir. J’étais tentée de le laisser faire.
— Bax…
Au lieu de se ruer dehors, il m’a surprise en me prenant par les hanches pour me plaquer sur le matelas, prisonnière sous son torse nu. Cette fois, il m’a accordé un vrai baiser, bougeant ses lèvres avec ardeur mais sans brutalité. Il a voulu glisser sa langue dans ma bouche et je l’y ai autorisé, l’entourant de mes bras au point que mes doigts se sont rejoints sous son cou. Nos langues dansaient l’une contre l’autre et ses dents ne mordaient que pour m’exciter, plus pour me punir. D’une main tremblante, il a dégagé mes cheveux de mon visage. Ses yeux noirs se sont fondus dans les miens et j’y ai vu un regret éternel.
— Dovie, t’es une fille bien. Tu devrais être n’importe où sauf ici. Tu mérites infiniment mieux que tout ce bordel entre Race, Novak et ton connard de père. Tu as une vraie vie qui t’attend et un jour ou l’autre, tu vas finir par me haïr.
J’ai posé mon pouce sur sa lèvre et j’ai hoqueté lorsqu’il l’a aspiré dans la moiteur de sa bouche.
— Ou pas, ai-je dit en l’observant enrouler sa langue autour de ma phalange avant de sortir mon doigt de sa bouche avec un petit bruit humide.
— Red, si tu fais ça, tu vas le regretter toute ta vie.


2 commentaires:

  1. D'habitude je suis attirée par ce genre de saga mais là beaucoup moins... Je pense que le côté trop Bad Boy à ce point là m'agace un peu ^^ mais ta chronique me donne quand même un peu plus envie qu'avant :p

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir. Je comprends ce qui peut freiner avec ce personnage. L'auteure nous propose un personnage dur mais elle le rend aussi émouvant. C'est un écorché...Si tu le lis, j'aimerais connaître ton avis. Merci de ton commentaire. Amanda

    RépondreSupprimer

Laissez vos commentaires