menu 2

Mes dernières chroniques

samedi 16 janvier 2016

Dragonfury Tome 3 : Furie tentatrice de Coreene Callahan

 

Mac, homme dragon tout juste intégré aux Nightfury, ne comprend pas les liens entre dragons et âmes soeurs jusqu'au jour où il pose les yeux sur Tania...





Mac, homme dragon tout juste intégré aux Nightfury, ne comprend pas les liens entre dragons et âmes soeurs jusqu'au jour où il pose les yeux sur Tania. Prêt à tout pour la posséder, il devra lui faire renoncer à son indépendance durement gagnée. Ivar, le chef des monstrueux Razorbacks, convoite également la jeune femme car son énergie pourrait lui permettre d'anéantir la race humaine. Prise entre deux feux, Tania va découvrir l'existence d'un monde inimaginable et terrifiant où elle est la proie. 


 pleasingmoment:How to Show Your Girlfriend You Care

Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série. 
 
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/04/dragonfury-tome-1-furie-de-flamme-de.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/03/dragonfury-tome-2-furie-de-glace-de.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/08/dragonfury-tome-3-furie-tentatrice-de.html


     

    Coréene Callahan a grandi entourée d'une équipe masculine d'hockey. Forcément, elle connaît une chose ou deux à propos des durs à cuire et elle aime écrire des personnages masculins en s'inspirant de ces garçons Appelez cela la période de récupération après des années de discussion de vestiaire et pitreries de patinoire, mais ce que vous appelez, l'action mieux être arrêt cardiaque, l'électrique magie, et l'histoire méchant, bon amusement.
    Après avoir été diplômé,avec les honneurs, en psychologie et en travaillant comme designer d'intérieur, elle a finalement cédé et est retourné à son premier amour: l'écriture. Son premier roman, Fury of Fire, a été finaliste dans la "New Jersey Romance Writers Golden Leaf Contest" en deux catégories: meilleur premier livre et Best Paranormal. Elle combine son amour de la romance, aventure et l'écriture avec sa passion pour l'histoire dans ses romans. Elle vit au Canada avec sa famille, un amour de golden retriever, et son monde imaginaire sauvage.

    Ce qu'elle aime :
    -les orages
    - passer du temps avec sa famille
    -le hockey
    -le chocolat

    Les chansons qu'elle adore:
    -Shake – Walk Off The Earth
    -Goodbye – Glenn Morrison
    -Big Blue Wave – Hey Ocean!
    -Get Me Some of That – Thomas Rhett

    source: http://www.coreenecallahan.com/author-bio/


    - Lecture finie -
Mac est un jeune dragon. Il ignorait tous de ses origines jusqu'à il y a un mois. Il réussit sa dangereuse transformation grâce à Tania même si aucun des deux ne se rappellent de ce moment (pourtant très chaud). Il est amené à revoir la jeune femme pour la protéger d'Ivar, le grand méchant dragon qui a jeté son dévolu sur elle.
    Voilà le troisième tome que je lis de cette série et mon avis tend à être le même que les deux précédents. A savoir qu'il y a des éléments intéressants mais d'autres qui lestent beaucoup la lecture.
Je commence par ce qui m'a déplu. Un gros point noir ou rouge (c'est selon) sur les introspections des deux personnages principaux qui sont longues mais longues. J'aime rentrer dans l'esprit du héros, connaître ses pensées, ses motivations mais on voit très vite quand dans un livre ça n'apporte rien. Ici, il y a de nombreux passages qui sont bavards redondants.
La romance même si elle se passe dans l’univers des hommes dragons ne réinventent pas le genre et on a un fort goût de déjà vu. Toutes les ficelles de la romance sont là.
Le livre démarre lentement. J'aurai aimé un peu plus d'énergie et un fil conducteur de lecture plus net dès le départ. Tania et Mac se rencontrent très tard. Pourquoi pas ? Cependant tout ce long passage avant leur rencontre donne l'impression de lire deux histoires distinctes.
Il y a donc des éléments qui ne m'ont pas permis d'accrocher totalement à ma lecture. Cependant, je dois dire que Coreene Callahan met bien en avant la passion qui unit nos deux tourtereaux. Il y a de très beaux passages.
L'histoire est prenante et les personnages secondaires sont bien amenés. Ainsi Nian et Venom sont d'autres hommes dragons dont a bien envie de découvrir leur histoire tout comme Forge et Wick.

- Bref -
Un bon moment de lecture mais qui aurait gagné à se débarrasser decses éternels et infinis moment s d'introspection.


Nian inspira profondément et se prépara devant la porte de sa chambre à y faire son entrée. Le panneau de bois clair lui semblait familier et étranger à la fois. Il se sentait différent, lui aussi, comme à la croisée des chemins : prendre d’un côté et sauver le monde, ou prendre d’un autre et se sauver soi-même. Et en dépit de tout – les doutes, la culpabilité, le dégoût –, le choix était vite fait.
Survivre restait le mot d’ordre. À la fin, l’instinct de préservation l’emportait toujours.
Avec détermination et par le biais d’une commande magique, Nian déverrouilla la porte et l’ouvrit toute grande. Surprise par sa soudaine apparition, sa prisonnière s’écarta précipitamment d’une fenêtre. L’étonnement se lut dans son regard un instant avant que la fureur ne le remplace. Elle brandissait le tisonnier qu’elle tenait à la main comme une épée de samouraï, l’incitant sans avoir à prononcer une parole à ne pas s’approcher.
— Doucement, talmina…, dit-il d’une voix douce, espérant l’apaiser.
Mentalement, il referma la porte derrière lui, lui barrant toute retraite, avant d’ajouter :
— Je ne suis pas ici pour vous faire du mal.
— Où suis-je ?
Elle avait posé cette question avec un accent qui trahissait son origine autrichienne. Elle serrait tant son arme improvisée que les jointures de ses doigts avaient blanchi. Redoublant de précaution, elle plaça un divan bas entre eux avant de poursuivre :
— Et vous, qui êtes-vous ?
— Nian, répondit-il. Celui qui vous a sauvé la vie.
Le souffle court, elle respirait difficilement, bruyamment. Ses mains tremblaient tant qu’elle dut rajuster sa prise sur le tisonnier.
— Qu… que s’est-il passé ? balbutia-t-elle.
— De quoi vous souvenez-vous ?
— La dernière chose ?
La question lâchée dans un murmure trahissait sa perplexité. Le front plissé par la concentration, elle raconta :
— Trois types m’ont sauté dessus sur la place du marché. Je suis toujours sur mes gardes, mais… je ne les ai pas vus venir. Soudain… ils étaient là, à me faire boire de force ce truc horrible et…
Des larmes plein les yeux, elle eut du mal à conclure :
— Personne n’a réagi. J’ai eu beau crier, et crier encore, personne ne m’a aidée !
Cela n’avait rien de surprenant. Aucun des humains présents n’avait pu l’entendre crier. Le sort de dissimulation offrait aux hommes-dragons la possibilité de rester invisibles et inaudibles en toutes circonstances. Un mécanisme de défense bien utile dans un monde où le genre humain surpassait en nombre le genre dragonin dans une proportion de un pour mille. Se servir de cette faculté pour enlever une humaine, cependant, constituait une infraction grave, une atteinte à toutes les règles qui gouvernaient leur espèce.
Un tel pouvoir ne laissait à une femelle aucune chance de s’en tirer. Grace ne faisait pas exception, et, en la voyant lutter pour essayer de comprendre, Nian souffrait pour elle. Ce qui lui était arrivé n’aurait jamais dû se produire. Ni elle, ni aucune autre n’auraient jamais dû avoir à subir un tel sort. Mais la réalité était têtue, et il ne pouvait l’ignorer plus longtemps. De tels crimes étaient commis sur une base régulière, à Prague et peut-être même partout ailleurs dans le monde.
Cette idée lui serra la gorge. Il l’écarta résolument. Se laisser aller à l’empathie ne le conduirait qu’à subir la pression de ses émotions.
— Vous souvenez-vous de ce qui s’est passé ensuite ? demanda-t-il.
Grace secoua négativement la tête, au grand soulagement de Nian. Elle n’avait pas besoin de savoir qu’elle avait été exhibée dans le plus simple appareil devant une assemblée de mâles en quête d’esclaves.
En prenant garde de soutenir son regard, Nian s’avança dans la pièce. Dès qu’il la vit se placer en position de défense, il fit halte et déposa le petit sac qu’il portait à l’épaule sur une table basse. Les fermoirs métalliques de celui-ci cliquetèrent sur le dessus en verre, troublant le silence qui régnait dans la pièce.
— Je veux que vous m’écoutiez très attentivement, talmina…, reprit-il.
— Vous n’allez vraiment pas me faire du mal ?
— Je promets de ne pas vous toucher, répondit-il. Mais nous avons besoin de parler de ce qui va se passer maintenant.
Elle contourna lentement un fauteuil. Il suivit des yeux sa progression jusqu’à la cheminée, dans laquelle ne subsistait d’un feu depuis longtemps éteint qu’un tas de cendres. L’ourlet de sa robe s’accrocha à la pierre de l’âtre, révélant un mollet galbé avant que le vêtement ne retombe en place. Une soudaine et irrésistible attirance lui mordit les tripes. Nian déglutit péniblement et réprima cette soudaine bouffée de désir. Ça s’annonçait mal – très, très mal. Il n’avait pas besoin de cette complication. La situation était déjà bien assez embrouillée comme ça, mais Grace n’était pas le genre de femme dont on pouvait détourner aisément les yeux. Douce, toute en courbes émouvantes et…
Nom de Dieu ! quel était son problème, au juste ? Le désir, habituellement, ne le menait pas par le bout du nez. Pourtant, un regard sur elle suffisait pour mettre le feu à ses sens. Ce qui ne rimait à rien. Grace n’était pas une femelle de haute énergie, il n’aurait donc pas dû…
Soudain, il vit sa bioénergie grimper rapidement en intensité. Le flot de lumière intense qui bientôt l’environna d’une aura fit tressaillir Nian. L’extrémité du tisonnier plongea peu à peu vers le sol lorsque, renonçant à sa posture de défense, elle se détendit.
En s’imaginant qu’elle n’était pas une femelle de haute énergie, il s’était bien fourré le doigt dans l’œil !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires