menu 2

Mes dernières chroniques

samedi 18 février 2017

The book of Ivy - Amy Engel

Éditeur : Lumen
Sortie : 5 mars 2015
345 pages



Née pour trahir
et faite pour tuer…









Voilà cinquante ans qu’une guerre nucléaire a décimé la population mondiale. Un groupe de survivants d’une dizaine de milliers de personnes a fini par se former, et ce qui reste des États-Unis d’Amérique s’est choisi un président. Mais des deux familles qui se sont affrontées pour obtenir le pouvoir, la mienne a perdu. Aujourd’hui, les fils et les filles des adversaires d’autrefois sont contraints de s’épouser, chaque année, lors d’une cérémonie censée assurer l’unité du peuple.

J’ai seize ans cette année, et mon tour est venu.

Je m’appelle Ivy Westfall, et je n’ai qu’une seule et unique mission dans la vie : tuer le garçon qu’on me destine, Bishop, le fils du président. Depuis ma plus tendre enfance, je me prépare pour ce moment. Peu importent mes sentiments, mes désirs, mes doutes. Les espoirs de toute une communauté reposent sur moi. Le temps de la rébellion approche…

Bishop doit mourir. Et je serai celle qui le tuera.

Née pour trahir et faite pour tuer… Sera-t-elle à la hauteur ? À la fois histoire d’amour torturée, thriller psychologique et dystopie cruelle, The Book of Ivy vous entraîne dans un compte à rebours haletant dont vous ne sortirez pas indemnes.

                  

                Source : https://www.facebook.com/pages/Lumen-%C3%A9ditions/1442843972617842
  
Née au Kansas, Amy Engel a passé son enfance dans divers pays du monde (Iran, Taïwan) et vécu un peu partout aux États-Unis, de la Californie à Washington D.C. Avant de se consacrer à plein temps à l'écriture, elle a exercé le métier d'avocate – qui s'est avéré moins trépidant au final que dans les séries télévisées. Dès qu'elle a un moment de libre, elle se plonge dans un bon bouquin, ou se livre à son péché mignon : l'achat compulsif de chaussures.
The Book of Ivy est son premier roman. N'hésitez pas à lui rendre une petite visite sur Internet sur amyengel.net ou @aengelwrites. 

 Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série. 
http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/02/the-book-of-ivy-amy-engel.html http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/09/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html



- Lecture finie -

J'entendais beaucoup de bien de ce roman et au final...
j'en suis aussi enchantée.
n est dans une dystopie où la société est régentée par des règles très strictes. Les jeunes doivent se marier à 16 ans avec un individu désigné. Ainsi Ivy se retrouve être la femme de Bishop, le fils du président Latimer. Ici, le hasard n'est pas total et la jeune femme doit assassiner son époux. Elle est sous la coup de son sœur et de son père qui dès sa plus tendre enfance l'ont élevé dans la haine de la famille Latimer.


Ivy est très motivé jusqu'à sa rencontre avec Bishop. En vivant avec lui, elle découvre un jeune homme qui est loin de ressembler à un ennemi.


Je lis peu de dystopies mais je dois dire que toutes celles que j'ai lu jusqu'à présent on été de bons moment de lecture. Alors ici, l'auteure ne développe outre mesure cette carte. On sait qu'une nouvelle société de 10 000 habitants vit clôturés entre des grilles. Elle s'en satisfait car être expulsé correspond à la mort. Pour ne pas être expulsé, il faut laisser de côté son libre arbitre et suivre à la règle les lois de la société fondée par la famille d'Ivy et dirigée par celle de Bishop.


Le mariage « forcé » est l'élément le plus mis en avant dans cette société imaginée et c'est celui qui pousse Ivy et Bishop à être ensemble. C'est l'élément déclencheur mais outre cela , le reste est peu développé.


La lecture est vraiment très fluide et plus on avance dans le récit plus celui-ci devient addictif. Le roman est assez court . Il va droit au but sans pour aller à la facilité. Ainsi on voit vraiment la relation d'Ivy et Bishop naître, se développer et devenir très forte. C'est vraiment le plus gros point fort du livre. C'est un rythme très juste qui sert vraiment la narration.



Autre atout. J'ai été sous le charme de ce couple. L'un comme l'autre. Ivy est une jeune fille prisonnière de sa destinée et la seule chose qu'elle désire ardemment et celle qui lui est interdite. Cette forme d'injustice nous la fait vraiment apprécier. D'autant que c'est choix, nous montre sa grandeur d'âme. Quant à Bishop, il est Arghhhhh.... L'auteure nous le dépeint comme un jeune homme calme, peu expansif mais Ivy arrive à nous montrer à quel point il est craquant.


Le final de ce premier tome est réussi avec brio. On referme le livre avec une envie insupportable de connaître le dénouement et la fin de tous les tourments de la jeune mariée. Il s'agit d'un diptyque et je peux vous dire que je ne peux que m'empresser d'acheter le deuxième tome sortie ce mois-ci parce qu'en plus d'être un livre super, la couverture l'est aussi. Un sans faute pour les éditions lumen dont je lis le premier livre.





C'est exactement ce que Callie redoutait : que je baisse la garde et laisse un Lattimer s'immiscer dans ma défense. Mais elle m'a aussi dit de la jouer gentille fille. Agir comme une épouse satisfaite pour éviter qu'il soupçonne que je ne suis pas du tout inoffensive. Peut-être qu'avec un autre, un garçon qui n'aurait pas ses yeux verts pensifs et ce calme imperturbable, je n'aurais aucun mal à jouer ce rôle. Mais pas avec Bishop. J'ignore comment le laisser me toucher sans apprécier la chaleur de sa main.

Nous nous embrassons jusqu'à ce que je sois soûle, soûle de sentir son goût. Il a passé les mains sous mon débardeur, l'a relevé à moitié. Ma jambe est maintenant autour de sa taille.
Quoi que nous ayons pu dire sur le fait de ne pas être prêts, si nous ne nous arrêtons pas tout de suite, nous irons jusqu'au bout. Ce sera comme essayer d'éteindre les flammes de l'enfer avec un dé à coudre d'eau.
Ivy, chuchote Bishop contre ma bouche. La frontière est mince entre le self-control et le masochisme, et en ce moment, nous sommes en plein dessus.
Sa voix est rauque, essoufflée, mais aussi amusée. Je lui tire légèrement les cheveux et je demande en riant :
Être au lit avec moi, c'est une forme de torture ?
Oui, quand on est tous les deux à moitié nus.
Du bout des doigts, je caresse avec douceur son torse. Il est chaud, lisse, et j'aime la façon dont ses muscles bougent sous ma main curieuse.
Arrête, gémit-il, retenant la main qui descend vers son ventre pour la porter à ses lèvres. Maintenant, tu me tortures vraiment.
Je n'aurais pas cru que ce simple contact l'affecterait autant. Mais je l'imagine effleurer ma poitrine nue de la même façon et la chaleur grandit dans mon ventre, me laisse hors d'haleine et saisie de vertiges. Je chuchote :
Désolée.
Pas grave, répond-il, ses yeux plongés dans les miens. Il y a juste une limite à ce que je peux endurer.
Je me redresse et je lui donne un dernier baiser. Puis je me retourne et je passe son bras autour de ma taille. Je replie sa main entre les deux miennes. Nous ne nous embrassons plus, mais je ne suis pas persuadée que cette position soit moins dangereuse, à le sentir pressé contre moi, son torse dans mon dos.
La pleine lune se dessine derrière les rideaux, sa lueur froide nimbant la pièce d'argent. Je trace les contours élancés des doigts de Bishop.
Pourquoi tu n'as pas arrêté d'essayer avec moi ? Je me dis que s'il dort déjà, je ne lui redemanderai pas. Mais il n'est pas endormi.
C'est-à-dire ?
Son souffle me chatouille la nuque.
Le soir où on a joué à action ou vérité. Tu as dit qu'au bout d'un moment, tu avais arrêté d'essayer de gagner l'affection de ta mère. (Je m'interromps.) Pourquoi n'as-tu pas arrêté avec moi aussi ?
Tu le sais.
Je ferme les yeux en entendant son murmure. C'est vrai, je le sais, mais je ne suis peut-être pas prête à l'entendre. Pourtant une autre partie de moi l'est, sinon je n'aurais pas posé la question. Pas à Bishop, qui ne choisit jamais des paroles faciles simplement parce que la vérité est difficile. Peut-être que j'ai envie de l'entendre pour savoir, une fois pour toutes, qu'il n'y a pas de retour en arrière possible.
Parce que je suis amoureux de toi, Ivy, chuchote-t-il. Te laisser tomber, ce n'est pas envisageable.


Et c'est Bishop qui m'a aidée à me libérer. Cependant, il ne m'a pas sauvée. Il m'a permis de me sauver moi-même, ce qui est la plus belle façon de recouvrer sa liberté.





Je ne te crois pas, articule-t-il.
Pourquoi doit-il rendre les choses si difficiles ? Pourquoi ne peut-il pas accepter le pire de moi, comme tant d'autres le font ? Pourquoi est-ce qu'il ne lâche pas l'affaire et ne m'abandonne pas, comme ma famille l'a déjà fait ?
Sincèrement, tu prétends que tout était un mensonge ? Tu as fait semblant d'un bout à l'autre ? (Il secoue la tête.) Tu n'es pas une actrice si douée, Ivy. Tu as du mal à cacher tes émotions, même quand tu essaies. C'est l'un de tes traits de caractère qui me plaisent le plus.
Je détourne la tête et les larmes que je retenais commencent à couler. Lentement au début, puis c'est le grand débordement. Je ne tente même pas de les essuyer, et je les laisse dévaler mes joues, mon menton et s'écraser sur le ciment par terre comme une toute petite averse.
Regarde-moi, murmure-t-il d'un ton désespéré. Regarde-moi et dis-moi que rien de tout ça n'était vrai. La gorge serrée, je ne peux pas lever les yeux vers lui.
S'il te plaît...
Dis-le, exige-t-il, inflexible.
Quand je relève la tête, la vision brouillée par les larmes, je vois qu'il pense avoir gagné. Il sait que je ne peux pas le regarder dans les yeux et prétendre que je ne ressentais rien pour lui. Et si je n'y parviens pas, il saura que le poison est un mensonge.
Il ne me quitte pas du regard pendant que je me redresse. Je m'avance vers lui, je m'arrête juste devant la grille.
Tout était vrai, dis-je avec douceur. Chaque seconde. Les fois où je t'en ai voulu. Les fois où j'ai été en colère contre toi. Les fois où j'ai eu peur de toi. (Je prends une longue inspiration saccadée, les yeux plongés dans les siens.) Les fois où je t'ai aimé. Tout était vrai.
Je vois le soulagement qui l'envahit, l'éclat de douleur et de confusion dans son regard qui se transforme en espoir. Il ouvre la bouche, mais je tends les mains pour envelopper les siennes sur les barreaux. Le contact de sa peau m'électrise et me rive sur place.
Mais le poison aussi, c'était vrai, Bishop. Et ce que je viens de dire n'y change rien. (Je presse ses mains.) J'allais te tuer.
Je tente d'insuffler le plus de sincérité possible à mes paroles, même si je sais qu'elles ne sont qu'une tromperie des plus méprisables. Je serre la mâchoire, je garde le regard fixe. Je ne veux pas qu'il découvre mon mensonge, même s'il cherche bien. Il scrute mon visage avec une intensité à présent si familière que je la sens jusque dans mes os.



















Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires