menu 2

Mes dernières chroniques

lundi 20 juillet 2015

Vampire Nation, Tome 1 : Riker - Larissa Ione






Nicole Martin n'avait que huit ans 
 quand les esclaves vampires se sont rebellés.









Nicole Martin n'avait que huit ans quand les esclaves vampires se sont rebellés. À présent, elle consacre sa vie à débarrasser la planète de leur engeance maudite. Riker, un vampire renégat, brûle de venger les siens asservis par la famille de Nicole. Pourtant enlever la jeune femme ne tourne pas exactement comme il l'avait prévu. Les deux ennemis jurés se découvrent une attirance mutuelle. La haine devient obsession, désir... peut être même rédemption. Mais Riker pourra t il dompter cette fougueuse jeune femme qui pourrait l'anéantir ainsi que toute son espèce ? 


 Cliquez sur la couverture 
pour lire les autres chroniques de la série.

                                               http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2015/05/vampire-nation-tome-2-hunter-de-larissa.html




 
Lecture finie

Je suis retombée sous le charme de la plume de Larissa Ione.
 


J'avais adoré la sérié Demonica qui a fait connaître cette auteure en France. J'ai lu les tomes de cette série avec délice, sûre d'être tombée sur une auteure qui me plairait toujours. Pourtant, je n'ai pas du tout accroché à sa série Les cavaliers de l'Apocalyse, dérivée de la première. Je retrouve avec Riker tous les ingrédients qui me l'ont fait tant apprécié.

Quatre choses essentielles et très bien amenées.

 Premièrement , le couple. On a deux personnages originaux qui proposent une romance qu'il l'est tout autant. Corinne est une humaine dont la famille a bâti sa fortune sur le dos des vampires. Autant dire qu'elle est personne non grata pour eux. Larissa Ione propose un monde où la majorité des vampires sont des esclaves au service des humains. Riker est un vampire qui vit en marge de ce monde asservi dans le bastion des MoonBound. Ces vampires détestent plus que tous les humains et notamment le groupe Daedalus que dirige la famille de Nicole. Alors quand ils apprennent que l'une des leurs a été enlevé par eux, ils font de même avec l'héritière Martin.
Les deux personnages se détestent malgré leur attirance. Toute la beauté du livre consiste à montrer que les préjugés qu'ils nourrissent ne peuvent leur permettre de se voir autrement que comme des ennemis. A partir de là, je me tais. Ils ne vous restent plus qu'à découvrir ce que l'auteure leur a réservé.

Deuxièmement, j'adore le rythme du roman. Il est sans aucun temps mort. Il fait parti de ces livre qu'on a du mal « à lâcher ». Il y a énormément de rebondissements savoureux qui rendent la lecture très addictive.

Troisièmement l'érotisme façon Ione, j'adore. C'est un juste dosage de sexe, de sentiments et passion. Ça donne une romance qui n'est pas « érotique » mais qui l'utilise extrêmement bien. Les scènes de sexe entre nos deux héros, notamment quand elle lui demande de dire « merci » sont géniales !

Quatrièmement mais pas le moins important : l'univers. On est dans une série qui propose un univers totalement différent des séries passées mais qui est tout aussi réussie. On a une gallérie de personnages bourrés de charisme et déjà j'ai hâte de connaître les aventures de Hunter et Myne.

Bref

Une nouvelle série de Larissa Ione à ne pas louper ! 
Venez craquer pour ce vampire sexy...




— Parce que ça ne fonctionnera jamais. Pas si tu n’es pas capable d’accepter ce que je suis.
— Et si tu me laissais décider de ce que je suis capable d’accepter ou non ?
Le plus doucement du monde, il retroussa les lèvres et exposa ses énormes crocs.
— Et tu es capable d’accepter ça ?
En dépit du fait qu’elle était si excitée qu’elle se trouvait à deux doigts d’imploser, elle soutint son regard sans ciller.
— Oui.
— Vraiment ? (Il inspira profondément, huma son odeur.) Dans ce cas, pourquoi je flaire ta nervosité ? Pourquoi j’entends ton cœur palpiter comme celui d’un colibri ?
— Peut-être parce que je suis tout excitée, andouille de vampire ! (Lorsqu’il ricana, elle soupira.) Riker, que se passe-t-il entre nous ?
— Rien.
— Ça, ce n’était pas rien.
Il partit d’un rire sinistre.
— Eh bien, ce n’était rien d’important. Et, de toute façon, je suis certain qu’on ne serait pas allés beaucoup plus loin.
Elle ignorait ce qu’il pouvait bien entendre par là, n’empêche qu’elle avait l’impression de s’être pris un coup de poing dans le ventre, un sentiment qu’elle avait déjà éprouvé quand Chuck n’avait pas été fichu de la tirer de ce merdier.
— Je ne sais pas pour toi, mais je n’ai pas pour habitude de fricoter avec des mecs sans raison.
— Alors quoi ? Tu vas me dire que tu cherches un mari ? que tu veux une maison avec une jolie clôture blanche et deux beaux enfants ? Je ne peux pas te donner ça.
— Bien sûr que non ! Ai-je dit ou fait quoi que ce soit pour te faire penser ça ? (Soudain saisie de frissons, elle rentra les bras dans la veste qu’il lui avait prêtée.) J’aime juste savoir où me situer dans une relation.
— Tu aimes les étiquettes. Tu veux en coller une sur ce qu’on vient de faire ? Parce que, le mieux que je puisse faire, c’est qualifier ça d’erreur. Ce n’est assurément pas une relation.
Une erreur ? La poitrine de Nicole se vida de tout sentiment chaleureux qu’elle avait pu éprouver envers Riker pour ne former qu’un trou béant et glacé.





— Que veux-tu de…
S’élançant vers elle, Riker l’accula contre le mur. Il ne la toucha pas. Il posa unemain de part et d’autre de sa tête, la prenant au piège tout en se maintenant à distance de son corps. Il avait beau ne rien faire de sexuel, un désir vorace flamboyait dans ses yeux.
— Je te sens couler dans mes veines, dit-il. Je te goûte sur ma langue et hume ton arôme épicé. Mais plus encore, je n’arrête pas de penser à toi et à la façon dont tu t’es donnée à moi dans le labo. La façon dont tu t’es sacrifiée pour sauver Neriya. (Il déglutit.) La façon dont tu t’es occupée de mon fils.
Elle se lécha les lèvres, et il baissa le regard sur sa bouche.



— Attends… alors… il ne s’agit que de gratitude ? Tu veux me témoigner ta reconnaissance avec du sexe ?
Les joues de Riker devinrent cramoisies, et elle sut qu’elle avait tapé dans le mille.
— Non.
— Dommage, répondit-elle, se surprenant elle-même, mais bon sang !
Elle en avait assez de n’exercer aucun contrôle sur sa vie et d’avoir l’impression d’être ballottée au gré du vent. S’il voulait coucher avec elle pour la remercier, qui était-elle pour refuser ?
— Je veux un orgasme, ajouta-t-elle.
Riker en resta bouche bée. Se reprit. Quand Nicole laissa tomber la serviette et se dressa devant lui dans le plus simple appareil, il fut bouche bée une nouvelle fois.
— Allez, vas-y, remercie-moi.
— Nicole…
L’avertissement contenu dans son intonation aurait dû lui mettre la puce à l’oreille, mais, à cet instant, elle n’était plus en mesure de saisir les signaux subtils. Ou peut-être n’en avait-elle plus rien à faire.
D’un air faussement pudique, elle se caressa le nombril du bout du doigt, adorant la façon dont le regard de Riker resta fixé sur sa main tandis qu’elle la faisait courir sur son ventre. Elle sentit une vive brûlure aux endroits où ses yeux se posaient, et elle prit tout son temps pour remonter jusqu’à ses seins rebondis, puis, enfin, à ses mamelons.
— Alors ? (Joueuse, elle les pinça, les titilla, et se réjouit de remarquer que Riker respirait de plus en plus vite. Cependant, il n’avait toujours pas bougé.) Bien. (Elle soupira, laissant tomber la main sur le côté.) Tu ne dois pas m’être si reconnaissant que ça.
Elle lui tourna le dos, délibérément, et se baissa pour ramasser la serviette.
C’en fut trop. Soudain, elle se retrouva debout, le corps coincé entre Riker et le mur, la joue plaquée contre la poutre encastrée dans la roche. D’une main, il lui empoigna les cheveux tandis qu’il plongeait l’autre entre ses jambes. Avec brutalité, il lui inclina la tête vers l’arrière afin de pouvoir l’embrasser. Dans cette position, Nicole pouvait à peine bouger, et, la vache ! être ainsi entravée était follement excitant !
Elle frotta ses fesses contre son érection au rythme des caresses intimes de ses doigts, d’abord langoureuses et délicates, puis de plus en plus appuyées, et, quand ilglissa l’index en elle, elle ne put retenir un cri.
— Merci. (Le souffle chaud de Riker lui frôla la joue, et sa voix profonde vibra en elle telle une onde érotique.) C’est ce que tu voulais ?
— Oui, haleta-t-elle.
Il émit une espèce de grognement viril avide et enfonça davantage son doigt. Il ne perdit pas de temps à la titiller. Il y alla franchement et la caressa avec force, l’amenant à lui chevaucher la main. Un liquide brûlant coula entre ses lèvres, et elle se demanda s’il avait remarqué à quel point elle était prête pour lui.
— Merci, répéta-t-il d’une voix gutturale. Mer-ci.
Il retira sa main et elle faillit pleurer devant cette sensation de manque.
Jusqu’à ce qu’elle l’entende descendre sa braguette et sente son sexe massif entre ses cuisses.
— Merci à toi, murmura-t-elle.
Il la pénétra, s’enfouissant en elle d’une seule poussée. Ils bougèrent en rythme, ses hanches heurtant les fesses de Nicole. Il lui relâcha les cheveux et lui empoigna la taille, la maintenant en place tandis qu’il l’assaillait de ses coups de reins puissants. Sa respiration se fit saccadée, se mêlant à celle de Nicole, et elle comprit qu’il était aussiproche qu’elle de l’orgasme.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires