menu 2

Mes dernières chroniques

vendredi 8 avril 2016

Ugly love - Colleen Hoover


Éditeur : Hugo Roman
Sortie : 5 novembre 2015
330pages








Si j'étais capable d'aimer quelqu'un...
Ce serait toi.

  Lorsque Tate Collins rencontre le pilote de ligne Miles Archer, elle sait qu'il n'y a pas de coup de foudre. Il n'iraient probablement même pas assez loin que pour devenir des amis. La seule chose que Tate et Miles ont en commun est une indéniable attraction mutuelle. Une fois leur désirs révélés au grand jour, ils réalisent qu'ils ont l'occasion parfaite. Il ne veut pas de romance, elle n'a pas le temps pour une romance, donc il reste le sexe. Cet arrangement semble cousu de fil blanc à condition que Tate s'en tienne aux deux seules règles que Miles lui impose :
Pas de questions sur le passé.
Pas d'espoirs pour le futur.
Ils pensent pouvoir s'en tenir là mais réalisent presqu'immédiatement qu'il n'y arriveront pas.

Les cœurs se laissent séduire
Les promesses se brisent
Les règles sont transgressées
L'amour tourne au vinaigre.


Source : Mamour04 sur booknode.com

 



 
Colleen Hoover est née le 11 Décembre 1979 à Sulphur Springs au Texas. Elle a grandi à Saltillo, Texas, où elle a effectué ses études secondaires (1998). En 2000, elle a épousé Heath Hoover, avec qui elle a maintenant trois garçons et un porc nommé Sailor. Elle a été diplômée de l’université de commerce Texas A&M en assistance sociale, et elle a ensuite travaillé dans différents emplois d’assistance sociale et d’enseignement jusqu’à ce qu’elle commence sa carrière d’écrivain.

En Novembre 2011, Colleen commence l’écriture de son premier roman (Slammed, indécent), sans aucune intention de se faire publier. Elle a été inspirée par les paroles "decide what to be and go be it" (décide ce que tu veux être, et va l’être), de la chanson "Head Full of Doubt/Road Full of Promise" ("Tête pleine de doute / route pleine de promesses") du groupe Avett Brothers. Pour cette raison, elle a incorporé les paroles du groupe Avett Brothers tout au long de l'histoire. Après quelques mois, son roman a été évalué et s’est fait attribué 5 étoiles par le grand blogueur de livres Maryse Black. Les ventes ont augmenté rapidement par la suite, et « Salmmed » (indécent) et sa suite « Point of retreat » se sont inscrit dans la liste de New York Times Best Seller.




Lecture finie

Je peux vous dire que Coollen Hoover est vraiment la reine des émotions.
Ugly Love nous donne une leçon dans le genre.

Miles Archer est un pilote d'avion traumatisé. Il porte en lui des « sentiments » qui l'empêchent de renouer avec la vie et son corollaire de dangers. C'est comme s'il avait développé une phobie. Plus question de sentiments. Il préfère vivre avec cet handicap que de supporter la souffrance qui l'accompagne.
Tate est la sœur d'un de ses amis. Elle emménage chez lui et devient sa voisine. La jeune femme sait qu'il ne faut rien attendre de Miles et pourtant comme dirait Beigbeder :

«
 L'amour est une catastrophe magnifique: savoir que l'on fonce dans un mur, et accélérer quand même. »
Je trouve que cette phrase résume bien l'esprit de ce livre. Pourtant, je vous dirai que ce n'est pas forcément pour son histoire qu'Ugly love m'aura marqué. L'intrigue est fort simple et je dirai que dès le début on sait le cheminement quelle va suivre. Pour d'autres auteurs, je vous dirais que c'est quand même un point faible et plombant mais pas pour Colleen Hoover.
Le livre est plus une poésie, une ode à la vie.
Il n'a pas besoin de ressors narratifs énormes. Il a sa propre force qui vient en grande partie de la plume de l'auteure. Celle-ci est MAGNIFIQUE et je pèse mes mots moi qui adore énormément la poésie, j'ai trouvé avec Coolleen Hoover un espèce de pont entre roman et poésie. Il y a une vraie magie dans les mots qu'elle met bout à bout qui fait infailliblement tressaillir mon cœur de romantique.

En cela, je trouve qu'Ugly love est le plus abouti des livres que j'ai lu de cette auteure. Les mots sont forts, beaux et enchanteurs. Ils m'ont laissé dans une atmosphère particulière comme aurait pu le faire une chanson poignante qui nous parle comme nulle autre.

Je ne vais pas vous parler de Miles et Tate . Leur histoire est simple mais grâce à Mme Hoover, elle devient extra ordinaire et en fait c'est sa simplicité qui la rend singulière. Il n'y a pas d'artifices scénaristiques. Collenn Hoover nous montre que la beauté est en chaque chose, en chaque personne. L'amour même le plus simple suffit parce que sa magie est d'être irrépressible, inévitable.

Bref

Une auteure devenue maître dans la poésie des sentiments !



– J’espère que tu as encore un goût d’orange.
Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit.
Je compte les huit mots de cette dernière phrase puis cherche une place dans ma tête pour les y stocker à jamais. Je les cacherais bien dans un tiroir de l’esprit et j’y collerais une étiquette Choses à sortir et à lire quand sa stupide règle numéro deux me placera dans un présent triste et solitaire.
Miles est dans ma bouche. Il m’envahit encore.
Envahis-moi, envahis-moi, envahis-moi.
Je dois avoir un goût d’orange, parce que Miles a l’air d’apprécier. Je dois l’apprécier moi aussi parce que je l’attire vers moi, je l’embrasse, je fais de mon mieux pour l’abreuver de Tate.
Il se détache pour reprendre son souffle.
– J’avais oublié à quel point c’était bon.




Elle me regarde faire de mon mieux pour l’ignorer. Elle ne se rend pas compte qu’elle est partout. Qu’elle est mon tout. Que le moindre détail s’appelle Rachel.
Et ça me ronge.
Mes pensées ne sont plus des pensées.
Mes pensées sont Rachel.
Je ne peux pas tomber amoureux de toi, Rachel.
Je regarde l’évier. J’ai envie de regarder Rachel.
Je respire l’air. J’ai envie de respirer Rachel.
Je ferme les yeux. J’ai envie de voir Rachel.
Je me lave les mains. J’ai envie de toucher Rachel.




– Tu t’inquiètes trop, lui dis-je avec un sourire forcé. Tu préférerais qu’on se fixe une règle ?
Il me dévisage un moment avant de reculer d’un pas.
– Peut-être, souffle-t-il. J’en vois même deux pour le moment.
– Lesquelles ?
– Pas de question sur le passé. Ne pas espérer de futur.
Je n’aime pas du tout ces règles-là. Elles me donnent envie de changer d’avis sur notre pacte et de prendre mes jambes à mon cou. Pourtant, je fais oui de la tête. Parce que j’ai bien l’intention d’en tirer ce que je pourrai. Près de Miles, je ne suis plus Tate. Je suis liquéfiée, incapable de m’affirmer, de tenir debout toute seule. Quand on est liquéfié, on coule. C’est tout ce dont je suis capable avec Miles.






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Laissez vos commentaires