menu 2

Mes dernières chroniques

vendredi 7 février 2014

Chasseuse de la nuit Tome 5 - Réunis dans la tombe de Jeaniene Frost




-J'adore tes mains, soupira-t-il. Tu dis que je ressemble a un ange ? Eh bien, Chaton, tes mains sont mon paradis, et tes yeux mon jardin d'Eden.














Le résumé :
Alors qu'elle sort tout juste de son dernier combat, un fanatique se sert des nouvelles capacités de Cat pour attiser les tensions entre vampires et goules et ainsi déclencher une guerre sans précédent entre les deux espèces, ce qui mettrais en péril la vie de milliers d'innocents. Cat et Bones ne peuvent remporter cette bataille seuls. Ils vont devoir s'entourer d'alliés puissants et inattendus, dont la reine des goules de la Nouvelle-Orléans. Mais le soutien de Majestic est une arme à double tranchant...



L'extrait :
Le vampire tira sur les chaînes qui l'entravaient au mur de la grotte . Ses yeux étaient d'un vert brillant , et leur éclat illuminait l'obscurité qui régnait autour de nous .
" Tu crois vraiment que cela suffira à m'immobiliser ?" demanda-t-il d'une voix à l'accent anglais caressant .
"Aucun doute " répondis-je .
Ces menottes avaient été installées et testées par un Maître vampire , ce qui voulait dire qu'elles étaient suffisamment solides . J'en savais quelque chose . Je m'étais un jour retrouvée à sa place .
Le vampire sourit , révélant deux canines blanches protubérantes . Elles n'avaient pas été là quelques minutes plus tôt , lorsqu'un œil non averti aurait encore pu le prendre pour un humain . 

"Très bien . Qu'est-ce que tu veux , maintenant que je suis à ta merci ?"
Sa voix disait clairement qu'il n'en croyait pas un mot . Une moue sur les lèvres , je réfléchis à sa question en promenant mon regard sur lui . J'avais une vue imprenable , car il était nu . Je savais depuis longtemps que n'importe quel vêtement pouvait être utilisé pour camoufler une arme , mais la peau , elle , ne cachait rien .
Toutefois , le spectacle avait de quoi me déconcentrer . Le corps du vampire était pâle et magnifique , tout en muscles , en os et en lignes élégantes , et surmonté d'un beau visage aux pommettes si finement ciselées qu'elles en semblaient tranchantes . Habillé ou pas , il était époustouflant , et il en semblait parfaitement conscient . Ses yeux verts incandescents plongèrent dans les miens avec un regard entendu .
"Tu veux que je répète la question ? " demanda-t-il avec soupçon de malice .
Je me forçai à adopter une attitude nonchalante .
"Pour qui travailles-tu ?"
Son sourire s'agrandit , me faisant  comprendre que mon jeu d'actrice n'était pas à la hauteur de mes espérances . Il tira même au maximum sur les chaînes , et ses muscles roulèrent sur sa peau comme des vagues sur un étang .
"Pour personne "
"Menteur "
Je tirai un couteau en argent et en passai légèrement la pointe sur son torse . Le métal l'entailla juste assez pour laisser dans son sillage une pâle ligne rose qui s'effaça en quelques secondes. Les vampires pouvaient se remettre de toutes les blessures à la vitesse de l'éclair , mais une lame ou une balle en argent leur étaient fatales . Seuls quelques centimètres d'os et de muscles séparaient ce vampire de sa mort .
Il regarda la ligne qu'avait tracée mon couteau .
"C'est censé me faire peur ? "
Je fis semblant de réfléchir à sa question .
"Tu sais , je sème la désolation dans le monde des morts-vivants depuis que j'ai seize ans . Ça m'a même valu le surnom de Faucheuse rousse . Alors si j'appuie un couteau sur ton cœur , je crois que oui , tu devrais avoir peur ."
Son expression restait narquoise .
"Tu m'as l'air d'être une casse-pieds de première , mais je te parie que je peux me détacher et te plaquer sur le dos avant que tu aies le temps de m'arrêter . "
Dans le genre arrogant ...
"Facile à dire . Prouve-le . "
Rapide comme l'éclair , il me déséquilibra d'un coup de pied . Je bondis aussitôt en avant , mais un corps froid et dur m'aplatit contre le sol de la caverne . Une poigne de fer m'enserra le poignet pour m'empêcher de lever mon couteau .
"Tu es un peu trop sûre de toi " , murmura-t-il avec satisfaction .
Je tentai de le repousser , mais il était plus lourd qu'une tonne de briques . J'aurais du lui enchaîner les bras et les jambes avant de le provoquer comme ça , pensai-je amèrement .
Il retrouvera son sourire arrogant et me regarda .
"Continue de t'agiter , ma belle . Tu ne peux pas savoir comme c'est agréable . Tu ne peux pas savoir comme c'est agréable ."
"Comment as-tu réussi à te libérer ?"
Par-dessus son épaule , j'aperçus un trou à l'endroit où avaient été fixées les chaînes en titane . Incroyable . Elles faisaient plus de deux centimètres d'épaisseur , et il les avait pourtant arrachées du mur .
Il arqua un sourcil .
"Je savais sous quel angle tirer . On n'installe pas des fers sans savoir comment s'en libérer . Ça ne m'a pris qu'une seconde ... et ensuite je t'ai fait tomber sur le dos . Exactement comme je l'avais annoncé ."
Si mon cœur avait encore été en état de marche , il aurait battu la chamade , mais c'était un attribut que j'avais perdu -enfin , presque entièrement - lorsque j'était passé d'hybride à véritable vampire , plusieurs mois auparavant . Mes yeux devinrent d'un vert flamboyant et mes canines s'allongèrent .
"Frimeur ."
Il se pencha jusqu'à ce que son visage ne soit plus qu'à quelques centimètres du mien .
"Alors ma charmante captive , maintenant que tu es à ma merci , qu'est-ce qui pourrait m'empêcher de te soumettre à mes mœurs dépravées ? "
Je lâchai mon couteau et passai les bras autour de son cou .
"Rien , j'espère ."
Bones , mon mari vampire , partit d'un rire bas chargé de sous- entendus .
"C'est la réponse que j'attendais , Chaton . "




L'extrait :
"Est-ce que tu te souviens de la première fois que j'ai fait ça?",murmurai-je en glissant mon bras autour de lui.

" On étaient entrain de danser." Le son de sa voix était intensifié par le désir que je sentais monter en lui. "Et tu te moquais de la faim avec laquelle je te désirais"

Je souris contre sa peau que je parcourus une nouvelle fois avec ma langue, grisée par les frissons que je lui causais.
"Je ne le savais pas. Je pensais juste que tu étais un mec facile"

Son rire devint un grognement et ses mains fermes se resserrèrent autour de moi.
"Je l'étais, mais ça n'empêche pas que je te voulais plus que ce que j'imaginais. Tu ne sais pas à quel point tu m'as rendu fou les premières semaines. Ça me tourmentais de te voir tous les jours et de ne pas pouvoir te toucher parce que tu me détestai."

" J'avais plus de haine envers moi qu'envers toi. Tu m'as appris à m'accepter et je t'aimais bien avant de pouvoir te l'avouer."...