menu 2

Mes dernières chroniques

samedi 20 février 2016

Wild Cards Tome 1 : Attirance & Confusion de Simone Elkeles

http://lachroniquedespassions.blogspot.fr/2014/01/wild-cards-tome-1-attirance-confusion.html
Éditeur : De La Martinière Jeunesse
Sortie : 02/01/2014
350 pages





Après s'être fait viré du pensionnat, Derek Fitzpatrick n'a d'autre choix que de vivre avec sa belle-mère alors que son père, militaire, est en déploiement. Tout tourne encore plus mal lorsqu'il découvre qu'elle a l'intention de les ramener dans la ville de son enfance dans l'Illinois...







Après s'être fait viré du pensionnat, Derek Fitzpatrick n'a d'autre choix que de vivre avec sa belle-mère alors que son père, militaire, est en déploiement. Tout tourne encore plus mal lorsqu'il découvre qu'elle a l'intention de les ramener dans la ville de son enfance dans l'Illinois. Derek compte les jours où il aura enfin son indépendance, et la dernière chose dont il a besoin est de se retrouver impliqué dans un drame familial.

Ashtyn Parker sait une chose : les gens auxquels vous tenez peuvent vous tourner le dos. Une bourse sportive lui donnerait enfin la chance de partir d'ici, alors elle donne tout ce qu'elle a pour gagner le championnat, jusqu'à ce que son petit copain, et le quarterback de l'équipe de foot, ne les trahisse en rejoignant l'équipe adverse. Ashtyn a besoin d'un nouveau plan, mais cela requiert de faire confiance à Derek, un garçon qu'elle connaît peu et qui est habitué à ne jamais suivre les règles. Est-elle prête à risquer son coeur afin de tout gagner ?

Simone Elkeles est une auteur américaine née à Chicago (Illinois) le 24 avril 1970. Elle est connue pour sa trilogie romantique Perfect Chemistry, grâce à laquelle elle a gagné en 2010 le RITA Award for Best Young Adult Romance.

Née à Chicago, sa famille a déménagé plus tard à Glenview, toujours dans l'Illinois. Ensuite, quand elle a commencé le collège, ils se sont établis à Deerfield, un faubourg de Chicago. Elle a été diplômée de la Deerfield High School en 1988. Elle a rejoint l'université de Purdue et fut diplômée en psychologie à l'université de l'Illinois. Elle a ensuite passé un master en relations industrielles à l'université de Loyola à Chicago.

Simone a commencé à écrire en 2000 mais n'a pas été publié de suite.
Après avoir terminé How to ruin a Summer Vacatrion, elle envoya son livre à des agents.
Après cinq ans de recherches, elle trouva enfin un agent qui aimait ce qu'elle avait écrit et qui voulait la publier.
Cet agent fit publier ses trois premiers livres, puis Simone Elkeles changea pour son agent actuel, Kristin Nelson.
Elle a gagné plusieurs prix.

  Cliquez sur la couverture
pour lire les autres chroniques de la série. 








    - Lecture finie -

Une très bonne romance Young Adult comme on en a l'habitude avec Simone Elkeles.

Je dois dire que jusqu'à présent tous les livres que j'ai lu de cette auteure ne m'ont jamais déçus. J'ai lu les trois tomes de la série Irrésistible Alchimie et les deux de Paradise. Alors je dois dire que pour l'instant je n'en ai pas lu qui ont pu détrôné les deux premiers tomes de Irrésistible Alchimie qui étaient juste génialissime.
Attention celui-ci vaut vraiment le détour mais les frères Fuentes étaient vraiment Arghhhhhhh.
Ici, on a deux adolescents que les adultes ont délaissé.
Derek a perdu sa mère et son père, militaire n'est pas là. Il semble se moquer de tout et accumule les bêtises. Tant et si bien qu'il est renvoyé de son lycée après une blague de mauvais goût. Depuis le décès de sa mère, son père s'est remarié. Il part avec cette dernière à Chicago et rencontre la sœur de sa belle-mère qui a le même âge qu'elle (sa belle-sœur par alliance si vous préférez).
Ashtyn est une battante. Elle joue au football américaine et en est même le capitaine. Sa mère est partie tout comme son père. Quant à ce dernier, il semble à peine la remarquer.
La cohabitation entre les deux adolescents est explosive mais elle génère une alchimie qui nous donne une magnifique romance.
J'ai été surprise du choix de ce personnage féminin qui est atypique. Je pense qu'il doit y avoir peut de femmes dans le football américain a joué dans des équipes mixtes. J'ai eu du mal à me représenter cette jeune fille. On voit la force de ce personnage qui arrive à assumer des désirs même s'il la pousse dans un univers exclusivement masculin. Pourtant j'ai vraiment du mal à la trouver crédible de ce point de vu là. Quant à Derek, renvoyé de son lycée, il est très oisif. Peut-être trop. On a l'impression qu'il attend uniquement les moments où il est avec Ashtyn. Il manque de consistance.

Il reste une très belle écriture qui sait nous faire passer par toute sorte de sentiment forts. On est accroché à leur histoire du début jusqu'à la fin. Et moi qui n'aime pas trop les happy happy happy end, celle-ci est très belle et très réussie.

Bref
Un premier tome réussi et la magie de Simone Elkeles nous a encore offert une très belle romance young Adult




Sur la route, je garde les yeux rivés sur la vitre, jusqu’à ce que Derek se glisse dans la file d’un drive-in et me demande ce que je veux pour le petit déjeuner.
— Rien, merci.
— Il faut que tu manges. Je retire mes lunettes.
— Je n’ai pas faim.
Il commande deux verres de jus d’orange et deux bagels aux œufs, puis gare la voiture.
— Tiens, dit-il en posant un bagel emballé sur mes genoux, mange.
Je le lui rends et descends de voiture.
— Ashtyn !
Je m’éloigne en faisant mine de ne pas l’entendre.
— Ashtyn !
Il me rattrape. Mes lunettes de soleil ne peuvent cacher les larmes qui coulent sur mon visage.
— Qu’est-ce que tu veux que je dise ?
Il me barre la route et se passe une main dans les cheveux, le visage tendu.
— Je suis désolé que toi et moi soyons attirés l’un par l’autre. Je suis désolé que tu veuilles quelqu’un qui soit présent pour toi alors que tu n’as personne. Je suis désolé de ne pas avoir pu poursuivre notre coup d’un soir alors que tu pleurais. Je suis désolé de ne pas être le garçon dont tu as envie.
— Je m’en fous que tu sois désolé !
J’ai envie d’entendre que je représente quelque chose à tes yeux.Mais les mots refusent de sortir. Je suis une lâche, qui crains sa réaction si je lui dis ce que je ressens réellement.
— Et je ne veux pas d’un stupide bagel en guise de consolation.
— Le bagel n’était pas un cadeau de consolation, Ashtyn ! C’était un petit-déj, j’essayais de faire comme si tout était normal entre nous.
— Normal ? Rien n’est normal dans ma vie, Derek. Mais si tu veux que je fasse semblant, très bien. Pour ça, je suis très forte.
Alors je pose les deux mains sur mon cœur.
— Merci beaucoup pour le bagel, dis-je d’une voix faussement douce. Je vais le manger tout de suite, comme ça, tu auras l’impression que tout est normal.
Je fais demi-tour et retourne à la voiture. Je n’ai nulle part où aller ; autant me résigner, je suis coincée avec Derek jusqu’à notre arrivée au Texas.
On mange dans un silence tendu. Mon bagel terminé, je lui montre l’emballage vide.
— Satisfait ?

— Absolument pas.





-  Écoute, Julian : parfois, les filles, c’est comme la nourriture. Elles ont l’air bonnes, elles sont bonnes, mais en réalité, elles sont mauvaises pour nous, elles donnent des caries, et il vaut mieux ne pas s’en approcher. Tu piges ?




J’attrape une lampe torche dans mon sac et sors sous la pluie. Derek est assis devant les restes de son feu, les bras croisés sur la poitrine, une casquette de base-ball sur la tête.
— Tu es fou ? C’est le déluge !
— Je sais.
— Alors pourquoi tu n’es pas sous la tente, au sec et au chaud ?
— Parce que j’ai trop envie d’enfreindre notre règle : on ne setouche pas, on ne s’embrasse pas.
Il baisse les yeux.
— Je t’ai dans la peau, Ashtyn.
— Tu veux vraiment enfreindre notre règle ?
— Ouais, répond-il en hochant lentement la tête.
— Pourquoi ?
— Parce que j’essaie de te rejeter alors que j’ai juste envie de te serrer contre moi. Je sais que tu n’as pas besoin d’un héros mais mince, comme j’aimerais être celui qui te protège.
Ses mots pénètrent au plus profond de mon cœur. Nos yeux vissés l’un à l’autre, je me mets à califourchon sur ses genoux.
— Moi aussi, j’ai envie d’enfreindre notre règle. Mon cœur bat violemment et j’ai la tête qui tourne.
Il est trempé et je le suis bientôt tout autant. Je n’ai ni chaud, ni froid... Je suis seulement là, avec lui, dans l’obscurité de la nuit.
La lampe torche gisant par terre, je ne vois pas grand chose. Mais je ressens beaucoup. Je sens ses hanches puissantes sous les miennes et ses grandes mains autour de ma taille. J’ai envie d’en ressentir plus, bien plus. Le chemin jusqu’à ce moment a été rempli de disputes et d’incompréhensions, mais, maintenant, nous sommes parfaitement synchrones.
Il place sa main sur ma nuque et m’attire à lui pour m’embrasser. Lorsque nos lèvres se rejoignent, je me sens toute bizarre. Il dépose alors de petits baisers sur mes lèvres au point de me faire gémir... J’ai tellement envie qu’il lâche prise et cesse de vouloir me protéger de lui-même.
J’ouvre la bouche pour un baiser plus intime. Nos lèvres humides et nos langues s’entremêlent.
J’interromps notre baiser avec un mouvement de recul.
— Je ne veux pas faire semblant de ne pas avoir envie, Derek. Pas ce soir.
— Moi non plus, admet-il.