menu 2

Mes dernières chroniques

Simone Elkeles Irrésistible attraction



-Hein ! C'est quoi ton sport préféré ?
Carlos pose sa fourchette. Oh non ! Il a cette lueur rebelle dans le regard.
-Le tango horizontal, répond-il.
Maman et Brittany manquent de s'étouffer.








Pour échapper à la police de Mexico, Carlos Fuentes s'installe chez son frère Alex, qui s’est rangé des gangs dans le Colorado. Kiara, une jeune lycéenne sage, un peu garçon manqué, lui sert de guide dans ce monde policé qu’il ne connaît pas.
Carlos, poussé par ses habitudes de bad-boy, ne tarde pas à replonger ; et, pour éviter la prison, il doit suivre un stage de réinsertion et accepter de vivre chez le professeur Westford, père de la jeune fille, qui a déjà sorti son frère Alex de la galère.
Malgré leurs différences, les deux adolescents apprennent à se connaître et s’attirent de plus en plus. Mais Carlos, s’il veut vivre pleinement son amour pour Kiara, doit d’abord rompre une fois pour toutes avec la culture des gangs…



Il faut avoir lu un livre de Simone Elkeles. Elle a vraiment un style prodigieux et  une façon bien à elle de rendre ces personnages très  attachants. Elle alterne les points de vue dans son récit. Chaque chapitre est raconté du point de vue d'un des deux personnages. C'est vraiment sa marque de fabrique et ça prend.
Carlos et Kiara on les aime tous les deux depuis le début. Souvent on préfère un des deux protagonistes dans les histoires d'amour mais Elkeles les rends aussi craquants l'un que l'autre.
C'est une histoire d'amour qui vaut vraiment le détour.

Je mets 2 vidéos trouvés sur le net. La première est celle faite par la maison d'édition : elle est en VO. La deuxième est française (cocorico!) faite par stéphanie 8025 et trouvée sur Youtube.



-Hein ! C'est quoi ton sport préféré ?
Carlos pose sa fourchette. Oh non ! Il a cette lueur rebelle dans le regard.
-Le tango horizontal, répond-il.
Maman et Brittany manquent de s'étouffer.
-Carlos... lance papa sur le ton qu'il réserve aux cas extrêmes.
-La danse c'est pas vraiment du sport, affirme Brandon, sans se rendre compte que le reste de la tablée est en état de choc.
-Avec moi, si ! répond Carlos.




- Je te plais comme ça ?
Je secoue le tête.
- Il faut que tu dises à mes parents se qui s'est passé, tu sais. Ils vont forcément te poser des questions, dès qu'ils te verront.
- Je ne veux pas y penser. Pas tout de suite.
Il se lève en serrant les bras contre son ventre, gémissant de douleur.
- Je vais me coucher. Viens t'assurer que je suis toujours vivant demain matin.
Il récupère son T-shirt et l'enveloppe avant de sortir de la salle de bains, puis il s'effondre sur son lit.
- Je t'ai remerciée? demande-t-il quand il s'aperçoit que je l'ai suivi.
-Plusieurs fois.
- Tant mieux. Parce que c'était sincère et ça ne m'arrive presque jamais.
Je remonte les couvertures autour de son corps meurtri.
- Je sais.
Sur le point de quitter la pièce, j'entends sa respirations'affoler comme s'il començait à paniquer.
- Ne t'en va pas, s'il te plaît, chuchote-t-il en tendant la main vers moi.
Je m'assois à côté de lui sur le lit. A-t-il peur qu'on l'abandonne ? Il noue son bras autour de ma cuisse et pose son front contre mon genou.
- Il faut que je te protège, dit-il à voix basse.
- De qui ?
- Del Diablo.
- El Diablo ? Qui est-ce ?
- C'est compliqué.
Qu'est-ce qu'il entend par là ?
- Essaie de te reposer, lui dis-je.
- Je ne peux pas. J'ai mal partout.